Accéder au contenu principal
Egypte

Constitution: les Frères musulmans revendiquent la victoire, l'Egypte reste divisée

Le Caire, le 22 décembre 2012. Les contradictions de la société égyptienne n'ont jamais été aussi évidentes qu'à l'occasion de ce référendum sur une nouvelle Constitution.
Le Caire, le 22 décembre 2012. Les contradictions de la société égyptienne n'ont jamais été aussi évidentes qu'à l'occasion de ce référendum sur une nouvelle Constitution. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

A l'occasion de la deuxième phase du référendum égyptien sur le projet de Constitution, 26 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes pour se prononcer pour ou contre le texte proposé par le président islamiste Mohamed Morsi. Il n’y a pas eu de violences mais l’opposition dénonce des fraudes et des irrégularités ; elle compte faire appel du résultat de ce vote. Les résultats officiels ne seront pas connus avant ce lundi, cependant plusieurs chiffres sont déjà avancés dans les médias égyptiens. Le projet de Constitution sera probablement adopté à 64%. Les Frères musulmans revendiquent une victoire large ; dans le détail des votes, ce n'est pas aussi flagrant.

Publicité

Avec notre correspondant et notre envoyé spécial au Caire

Tout d'abord, le taux de participation resterait inchangé par rapport à la première phase, à 8 millions et demi d’électeurs, soit 32%. Les chiffres donnent le « oui » vainqueur à 71%. Par contre, quand on fait l’addition des deux tours, on se retrouve avec 64% -le taux d'approbation n'ayant été, lors du premier tour, que de 57%.

Ces résultats correspondent à toutes les lenteurs observées et dénoncées lors du scrutin du samedi 22 décembre mais aussi de la semaine précédente, où en fait, beaucoup d’électeurs n’avaient pas réussi à voter. Satisfaits ou indignés du déroulement du scrutin, les citoyens témoignent de ce qu'ils ont vu et entendu :

«Je n'ai pas vu d'irrégularité, ni reçu de pressions»

Les islamistes espéraient une sorte de raz-de-marée. Ils avaient annoncé que le « oui » l'emporterait à 80%. Or, le résultat, s’il est confirmé, se rapproche davantage des 64%. Un score décevant, puisqu'il n'atteint pas le seuil de 66%, des deux tiers des votants.

La victoire qui se profile pour les islamistes n’est donc pas aussi impressionnante que ce qu’ils espéraient et cela ne sera pas suffisant pour apaiser la colère de l’opposition.

Les divisions vont perdurer

Pour les opposants, ce résultat prouve leur existence, et que, malgré la fraude massive pointée du doigt, l'opposition a tout de même réussi à obtenir un résultat honorable de 36%, résultat qui, selon eux, aurait d'ailleurs dû être inversé.

La Commission électorale validera définitivement les résultats de ce scrutin ce lundi 24 décembre. La nouvelle Constitution devrait entrer en vigueur dans la foulée. Après cela, le président égyptien devrait déclencher des élections législatives au plus tard dans les deux mois.

L’adoption de la Constitution ne sera pas un facteur de stabilité comme l’avaient annoncé le président Morsi et les Frères musulmans. Au contraire, elle peut creuser le fossé entre deux conceptions diamétralement opposées de l’Egypte.

De la République laïque à la loi islamique?

En effet, si les 40% d’Egyptiens qui refusent la Constitution se révoltent et décident de contester les résultats, des déstabilisations sont à redouter, risquant de déboucher sur des violences plus graves. Pourtant, le sentiment dans la rue égyptienne laisse transparaître l’impression d’une fatigue généralisée de cette instabilité permanente.

Le peuple veut avant tout un retour au calme, promis par Mohamed Morsi. Donc, si rien ne se passe, l’Egypte risque de perdre ce qui lui reste de son caractère laïc pour devenir une République régie par la loi islamique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.