Accéder au contenu principal
Iran

Présidentielle iranienne: Rohani, le candidat qui veut en finir avec l'imbroglio du nucléaire

Hassan Rohani est convaincu de pouvoir régler le problème du programme nucléaire iranien, qui empoisonne les relations entre son pays et l'Occident.
Hassan Rohani est convaincu de pouvoir régler le problème du programme nucléaire iranien, qui empoisonne les relations entre son pays et l'Occident. REUTERS/Raheb Homavandi/Files

Dernière phase de la campagne présidentielle iranienne. Le scrutin a lieu dans quatre jours. En lice : huit candidats savamment sélectionnés par les autorités. La plupart sont conservateurs et proches du Guide suprême. Deux candidats sont plus modérés, dont Hassan Rohani, qui a des chances d’accéder au second tour de l’élection.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Téhéran, Murielle Paradon

Hassan Rohani, 64 ans, turban blanc et barbe fournie, est un religieux. Mais dans le paysage politique iranien, il est considéré comme un modéré. Il fut négociateur sur le nucléaire à une époque où les relations avec les Occidentaux étaient plus cordiales.

S’il est élu, M. Rohani promet de reprendre le dossier et de le régler, comme l'explique son porte-parole Saïd Reza Salehi : « Hassan Rohani a rédigé un programme précis sur le nucléaire. Sa stratégie principale, c’est d’avoir des relations avec l’Occident et de diminuer les tensions, pour régler cette question du nucléaire, trouver une solution par la discussion. »

L'un des principaux défis du futur président consistera à sortir de l’impasse sur le nucléaire afin de lever les sanctions économiques qui étranglent les Iraniens. Durant sa campagne, Hassan Rohani a brandi symboliquement une clé, se ventant de détenir la solution.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.