Accéder au contenu principal
Syrie

Syrie: quand les rebelles islamistes règlent leurs comptes avec l'ASL

Des combattants de l'ASL en pleine prière à Alep, le 9 juillet 2013.
Des combattants de l'ASL en pleine prière à Alep, le 9 juillet 2013. REUTERS/Ammar Abdullah

Jusqu'à présent, l’armée de Bachar el-Assad était le principal ennemi des islamistes en Syrie. Mais ces derniers mois, de plus en plus de dérives sont observées, l’exécution de civils notamment. Désormais, ils s’en prennent à leurs anciens frères d’armes, les rebelles de l’ASL. L'un de leurs hauts responsables a été tué jeudi à Lattaquié.

Publicité

Kassem Mansour, porte-parole de l’Armée syrienne libre (ASL), est stupéfait. Jeudi, il reçoit un coup de fil inhabituel. À l’autre bout de la ligne, des membres de l’Etat islamique en Irak et au Levant, une coalition de groupes radicaux affiliés à al-Qaïda. Ils lui annoncent alors la nouvelle : ils viennent d’exécuter un haut responsable de l’Armée libre.

Son nom ? Kamal Hamami. Cet officier rebelle responsable de la région de Lattaquié, située sur la côte méditerranéenne, participait à une réunion avec ces jihadistes. Depuis plus d’un an, Armée libre et groupes islamistes combattent pourtant côte à côte contre les troupes de Bachar el-Assad. Mais au fil des mois, chaque partie a fini par prendre ses distances.

Les deux camps n’ont assurément pas la même vision des choses. La priorité des groupes affiliés à al-Qaïda est d’imposer une autorité islamique stricte aux populations des zones libérées du nord de la Syrie. Face au refus de l’ASL, ce sont désormais tous les hauts responsables de l’Armée libre qui encourent la peine de mort. Selon l’Etat islamique, l’exécution de l’officier rebelle à Lattaquié n’est que la première d’une longue série.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.