Accéder au contenu principal
Palestine / Israël

Netanyahu: «La reprise du processus de paix est dans l'intérêt stratégique de l'État d'Israël»

Le Premier ministre Benyamin Netanyahu proclame que la relance du processus de paix est un intérêt stratégique indispensable pour Israël.
Le Premier ministre Benyamin Netanyahu proclame que la relance du processus de paix est un intérêt stratégique indispensable pour Israël. REUTERS/Abir Sultan/Pool

La reprise des négociations avec les Palestiniens est dans l'intérêt « vital » d'Israël. C’est la première réaction de M. Netanyahu, après l’accord de principe arraché vendredi 19 juillet par John Kerry. Israël ne fera aucun compromis sur des « questions diplomatiques », a indiqué le ministre israélien des Relations internationales. La classe politique de l'Etat hébreu est divisée.

Publicité

Avec nos correspondants à Jérusalem, Michel Paul et Nicolas Falez

Dans un communiqué publié ce samedi 20 juillet dans la soirée, Benyamin Netanyahu proclame que la relance du processus de paix est un intérêt stratégique indispensable pour Israël. D'abord, pour « empêcher l’établissement d’un état bi-national ». Le Premier ministre israélien met en avant l’argument démographique souvent brandi par ses adversaires politiques, selon lequel seule la création d’un Etat palestinien permettra à Israël de conserver une majorité juive sur les territoires qu’il contrôle.

Classe politique en ébullition

Le Premier ministre affirme en outre que la relance des négociations doit empêcher l’avènement d’un « Etat-terroriste soutenu par l’Iran » aux frontières d'Israël. Selon lui, la résolution du conflit avec les Palestiniens est importante en raison des défis que l’Iran et la Syrie représentent pour l'Etat hébreu.

M. Netanyahu ne participera pas aux premières discussions annoncées par John Kerry vendredi 19 juillet. Ce sont les négociateurs israélien et palestinien, Tzipi Livni et Saëb Erakat, qui prendront place autour de la table à Washington, et non leurs dirigeants. Par ailleurs, on ne connait pas tous les détails sur l’accord pour la reprise des négociations. Mais on peut dire que la classe politique israélienne est en pleine ébullition.

« Du sang sur les mains »

Certes, le président Shimon Peres est derrière le Premier ministre. Il souligne qu’une nouvelle dynamique de paix est possible, et propose d’aller jusqu’au bout du processus. Mais M. Netanyahu doit désormais convaincre les faucons de sa majorité et de son propre parti de le suivre. Le mécontentement se fait surtout entendre au sein de l’aile droite de la coalition gouvernementale.

Danny Danon, le vice-ministre de la Défense, s’oppose à ce stade à toute libération de prisonniers palestiniens qui selon lui ont « du sang sur les mains ». Le parti Foyer juif propose de son côté de redoubler les mises en chantiers dans les colonies de peuplement. Mais à gauche, le Parti travailliste offre au Premier ministre un filet de sécurité en cas d’effritement de sa coalition.


Quid de l'opinion publique israélienne  ? Est-elle favorable à la reprise des pourparlers ? Ci-dessous, un élément de réponse avec le témoignage du politologue Elie Karmon, chercheur à l'Institut de politique et de stratégie à Herzliya, au nord de Tel-Aviv.

Je crois que le grand public est favorable à une négociation. Mais en même temps, l'opinion publique est très sceptique. Elle a déjà vu ce qu'il s'est passé ces trois dernières années.

Elie Karmon


LIRE AUSSI

• Le monde attend, sceptique, une reprise des pourparlers de paix entre Israël et les Palestiniens

L'engagement d'Israël à libérer des prisonniers palestiniens

 Jean-Paul Chagnollaud : « Le conflit israélo-palestinien déstabilise profondément le Moyen-Orient »

John Kerry peut-il relancer le processus de paix israélo-palestinien ?

John Kerry rafle un accord pour une reprise des négociations israélo-palestiniennes

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.