Accéder au contenu principal
Israël

Israël: le gouvernement adopte le principe d'un Etat-nation juif

Le gouvernement de Benyamin Netanyahu a approuvé dimanche 23 novembre un projet de loi qui renforce le caractère juif de l'État d'Israël.
Le gouvernement de Benyamin Netanyahu a approuvé dimanche 23 novembre un projet de loi qui renforce le caractère juif de l'État d'Israël. REUTERS/Gali Tibbon

Le gouvernement israélien a adopté hier, dimanche, un projet de loi instaurant le statut légal d’Israël comme l’Etat-nation du peuple juif. Une décision qui provoque une profonde division au sein de la coalition et risque de provoquer une grave crise politique.

Publicité

Avec nos correspondants à Jérusalem, Michel Paul et Murielle Paradon

Le but de cette loi : renforcer le caractère juif d’Israël qui serait désormais défini comme l'Etat national du peuple juif. Un texte adopté par le gouvernement à l'issue d'un débat houleux dimanche. Six ministres de l'aile modérée de la coalition se sont opposés à cette loi qui, selon ses détracteurs, institutionnalise les discriminations envers la population arabe du pays.

Pour plusieurs députés arabes, il s’agit ni plus ni moins que d'inscrire ouvertement dans la législature le racisme qui sévit déjà dans la rue. Ce projet de loi doit encore recevoir l'aval de la Knesset, le Parlement israélien.

Divisions

En principe, il devrait être soumis en première lecture mercredi 26 novembre. Deux partis qui siègent au gouvernement ont annoncé qu'ils avaient l'intention de voter contre ce texte qu'ils considèrent comme anti-démocratique et anti-sioniste : le mouvement de la ministre de la Justice, Tzipi Livni, et Yesh Atid, du ministre des Finances Yair Lapid. Tous deux estiment que ce sont les éléments extrémistes au sein du Likoud, le parti de Benyamin Netanyahu, qui ont poussé le Premier ministre israélien à promouvoir cette loi en une période particulièrement sensible. Si aucun compromis n'est obtenu d'ici là, Netanyahu pourrait limoger les ministres réfractaires et provoquer une crise politique qui pourrait déboucher sur des élections anticipées.

Le concept d'Etat juif

Le concept d’Etat juif est mentionné dans plusieurs textes en Israël. Alors pourquoi inscrire cette notion « d’Etat national du peuple juif » dans les lois fondamentales qui font office de Constitution ? Beaucoup affirment que c’est inutile et surtout dangereux dans le contexte actuel de tensions, car la minorité arabe israélienne pourrait se sentir encore plus discriminée. Mais Benyamin Netanyahu persiste. Le Premier ministre israélien ressort ce texte à un moment de tensions, comme il l’avait fait déjà en avril dernier alors que les négociations avec les Palestiniens étaient en train d’échouer. C’est une façon pour lui de donner des gages à son aile la plus à droite qui menace régulièrement de faire exploser la coalition. Mais cette fois, ce sont les plus modérés au sein du gouvernement qui protestent et qui pourraient claquer la porte. En cas d’élections anticipées, Netanyahou se place, selon les experts. Il aurait droitisé son discours ces dernières semaines, pour faire face à de potentiels candidats extrémistes.


Reconnaissance d'un Etat palestinien : « une grave erreur »

Hier, dimanche, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a affirmé à des journalistes que « la reconnaissance d'un Etat palestinien par la France serait une grave erreur », alors que le Parlement français doit symboliquement se prononcer le 2 décembre sur cette question.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.