Accéder au contenu principal
Liban / Israël

La mort de figures du Hezbollah largement commentée en Israël

L'attaque de ce dimanche a eu lieu près du village de Mazraat al-Amal, dans la province de Quneitra, limitrophe au plateau syrien du Golan, occupé par Israël.
L'attaque de ce dimanche a eu lieu près du village de Mazraat al-Amal, dans la province de Quneitra, limitrophe au plateau syrien du Golan, occupé par Israël. REUTERS/Ronen Zvulun

Ils préparaient des attentats et il fallait donc éliminer ces éléments terroristes. Il s'agit des accusations d'Israël contre six hommes tués lors d'une attaque dite préventive. Ces membres du Hezbollah chiite libanais sont morts dimanche soir sur le plateau du Golan, côté syrien, dans un raid de l'aviation israélienne. Parmi les victimes, il y a un important commandant ainsi que le fils de l'un des principaux chefs militaires du mouvement, assassiné lui en 2008 à Damas.

Publicité

Avec notre correspondante à Jérusalem, Murielle Paradon

Une photo s’étale en Une des journaux israéliens : celle de Jihad Moughnieh, l’une des victimes du raid de dimanche. C’était le fils d’un des chefs du Hezbollah tué en 2008 à Damas dans une attaque attribuée aux services secrets israéliens. Les journaux racontent son parcours et l’attaque de dimanche soir.

Les dirigeants israéliens, comme à leur habitude, ne font aucun commentaire sur ce raid qui a eu lieu à la frontière israélienne, côté syrien. Mais, selon une source de sécurité citée par les médias, les membres du Hezbollah visés se préparaient à une attaque contre Israël.

Il faut rappeler que le Hezbollah, la milice chiite libanaise, est considérée comme ennemie jurée des Israéliens, et se bat en ce moment aux cotés du régime de Bachar el-Assad contre les rebelles, en Syrie.

Enfin, toujours dans la presse israélienne, il y a un début de polémique. Un membre d’un nouveau parti politique accuse le gouvernement d’avoir mené cette attaque maintenant, en raison de la tenue prochaine d’élections dans le pays dans deux mois. Cette déclaration lui a valu un tonnerre de critiques de la part de certains ministres.

 ■ Faut-il s'attendre à une escalade ?

Les analystes dans la presse israélienne ne croient pas en une nouvelle guerre entre Israël et le Hezbollah libanais, en tout cas pas maintenant. Ils pensent que la milice chiite va certainement répliquer au raid, en s’en prenant à des soldats israéliens qui patrouillent aux frontières.

Elle ne peut pas rester sans réponse, surtout qu’Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, a dénoncé, la semaine dernière, les attaques répétées d’Israël en Syrie et menacé d’agir. Mais toujours selon les analystes, le Hezbollah attendrait avant de mener une opération d’envergure contre Israël, trop occupé pour l’instant à se battre aux cotés de Bachar el-Assad en Syrie.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.