Accéder au contenu principal
Gaza

A Gaza, la vente d’une œuvre de l’artiste Banksy agite le web

Un jeune Palestinien devant une œuvre de Banksy représentant un soldat israélien demandant ses papiers à un âne, Bethléem, en décembre 2007.
Un jeune Palestinien devant une œuvre de Banksy représentant un soldat israélien demandant ses papiers à un âne, Bethléem, en décembre 2007. MUSA AL-SHAER / AFP

En Palestine, une œuvre de l’artiste britannique Banksy, réalisée à Gaza, a été vendue par un Palestinien pour moins de 200 euros. Une anecdote qui a fait réagir les réseaux sociaux.

Publicité

Avec notre correspondant à Gaza,

700 shekels (160 euros) c'est la somme qu'a acceptée Rabie Dardouna, un Gazaoui, en échange de la porte de sa maison détruite pendant l'opération israélienne de l'été 2014. L'artiste palestinien qui lui a acheté cette porte a fait une bonne affaire : une représentation de la déesse Niobé qui se cache le visage dans ses mains comme en signe de désespoir y est représentée. Ce que ne savait pas le propriétaire de la porte, c'est qu'elle avait été peinte par l'artiste de rue Banksy lors de son passage dans l'enclave palestinienne il y a quelques mois.

Sur internet, cette histoire a été partagée plusieurs milliers de fois. Certains regrettant la naïveté du vendeur palestinien. D'autres accusant l'acheteur pour sa cupidité. En effet, les œuvres de l'artiste britannique mondialement connu se négocient à plusieurs centaines de milliers d'euros sur le marché de l'art. L'acheteur en question a récusé le fait de vouloir s'enrichir. Il assure avoir voulu préserver le dessin fait en pochoir.

Une vidéo de Banksy à Gaza en ligne sur le web

La visite de Banksy, rendue publique via une vidéo en ligne, avait déjà agité les claviers lors de sa diffusion. Dans cette vidéo de deux minutes, filmée à la première personne, on découvre l'artiste britannique mais sans voir son visage. Avec des commentaires sarcastiques, il montre à voir dans quel état est Gaza. On aperçoit également trois de ses dessins, dont celui de la déesse éplorée. La vidéo se termine par une phrase accusatrice, taguée sur un mur : « Si nous nous lavons les mains du conflit entre les puissants et les faibles, nous prenons le parti des puissants. Nous ne restons pas neutres. »

L'artiste avait voulu remettre l'enclave palestinienne au premier plan de l'actualité. Et il avait plutôt réussi. Avec un des dessins, un chat, il regrettait la superficialité de l'intérêt des internautes. Le décalage entre ce petit chat mignon et la réalité de Gaza était fait pour choquer. Les débats qui ont suivi sur les réseaux sociaux ont montré que le pari a été gagné.

Polémique sur l’entrée de Banksy à Gaza

Au début de la vidéo, on voit quelques plans d'un tunnel dans lequel la caméra nous fait pénétrer avant de ressortir dans un Gaza dévasté. Mais plusieurs internautes ont remis ce montage en cause. Il paraît peu probable que de tels tunnels existent entre Israël ou l'Egypte et la bande de Gaza.

L'hypothèse la plus vraisemblable serait que l'artiste de rue ait réussi à se glisser dans une délégation qui serait passée par le terminal d'Erez, la seule entrée officielle côté israélien. Le nom et le visage de Bansky étant inconnu, cela paraît le plus crédible.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.