Accéder au contenu principal
Egypte / Russie

Manœuvres navales russo-égyptiennes en Méditerranée

Le président russe Vladimir Poutine a offert un fusil AK-47 à son homologue égyptien Abdel Fatah al-Sissi.
Le président russe Vladimir Poutine a offert un fusil AK-47 à son homologue égyptien Abdel Fatah al-Sissi. capture d'écran

L'Egypte et la Russie ont commencé mercredi la phase active de manœuvres navales communes au large d'Alexandrie. Il s'agit des premiers exercices militaires entre les deux pays depuis plus de quarante ans, du temps où l'Egypte et l'Union Soviétique étaient des alliés.

Publicité

Les manœuvres ont été baptisées « Pont de l'amitié 2015 » ce qui signifie qu'il y en aura d'autres dans l'avenir, explique notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti. La marine russe a notamment dépêché le Moskva, son navire amiral de la flotte de la mer Noire. Une dizaine de navires participent à ces manœuvres comprenant des exercices de défense anti-aérienne, l'abordage et l'inspection de bâtiments suspects.

Le Caire et Moscou ont signé en mars un protocole de coopération militaire qui a mis fin à une brouille remontant à 1972, date à laquelle des experts militaires sovitéiques avaient été expulsés du pays. Même si officiellement ces manœuvres ne visent qu'à réaliser une meilleure coordination entre les deux marines, elles ne peuvent que déplaire aux Etats-Unis.

Des manœuvres conjointes baptisées « Bright Star » avaient lieu chaque année, depuis 1981, entre forces américaines et égyptiennes jusqu'à la destitution de l'ex-président Moubarak en 2011. Ces manœuvres étaient considérées comme un élément central des relations militaires entre Washington et Le Caire. Les Etats-Unis étaient de plus le principal fournisseur d'armes à l'Egypte jusqu'à la destitution du président Frère musulman Mohamed Morsi.

→ à (re)lire: Les Russes sont de retour en Egypte

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.