Accéder au contenu principal
SYRIE

Syrie: l'EI détruit trois tours funéraires antiques à Palmyre

Des images satellites confirment la destruction du temple de Bel seen en Syrie, l'ancien site de Palmyre. (Images du 27 et 31 août 2015)
Des images satellites confirment la destruction du temple de Bel seen en Syrie, l'ancien site de Palmyre. (Images du 27 et 31 août 2015) AFP PHOTO / UNITAR-UNOSAT

Le groupe Etat islamique poursuit la destruction des vestiges antiques dans les territoires sous son contrôle. Vendredi 4 septembre, il a été confirmé qu’il avait détruit trois tours funéraires à Palmyre, « les mieux préservées et les plus belles », selon le directeur syrien des Antiquités, Maamoun Abdoulkarim.

Publicité

Trois tours funéraires construites entre les années 44 et 103 ont été détruites par les jihadistes du groupe EI. L’information a été confirmée par Maamoun Abdoulkarim, chef des Antiquités syriennes. Les célèbres tombeaux explosés sont ceux d’Elahbel (construit en l’an 103), de Jamblique et de Khitôt. Ils font partie des ruines de Palmyre inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco.

Il s’agit des tours funéraires « les mieux préservées et les plus belles » du site, a indiqué Maamoun Abdoulkarim. « Nous avions reçu des rapports il y a dix jours. Mais nous venons de confirmer l’information [avec] des images satellitaires du Syrian Heritage Initiative […] prises le 2 septembre », explique le directeur syrien des Antiquités.

« Caractéristiques de l’architecture de la ville », ces tours funéraires ont été « construit[e]s par des riches familles de l’antique Palmyre. [Elles] étaient le symbole de l’essor économique de la ville durant les premiers siècles après J.-C », ajoute Maamoun Abdoulkarim.

« Crimes contre la culture »

Depuis le 21 mai et la prise de Palmyre, située à 205 km à l’est de Damas, l'organisation Etat islamique  a détruit de nombreux vestiges antiques, dont deux des plus beaux temples de l’époque romaine.

Dans les territoires sous son contrôle (nord de l’Irak et nord-est de la Syrie), l’EI a également attaqué les ruines des cités antiques de Hatra et Nimrud et saccagé le musée archéologique de Mossoul. Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco, avait qualifié ces destructions de « crimes contre la culture » et de « crimes de guerre ».

Les trois tours funéraires à Palmyre le 4 août 2010. Des images satellites confirment la destruction de tours funéraires par le groupe EI.
Les trois tours funéraires à Palmyre le 4 août 2010. Des images satellites confirment la destruction de tours funéraires par le groupe EI. REUTERS/Sandra Auger

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.