Accéder au contenu principal
Arabie saoudite

Drame de La Mecque: les accusations fusent sur les réseaux sociaux

Le compte Twitter de la Direction de la défense civile saoudienne.
Le compte Twitter de la Direction de la défense civile saoudienne. Capture ecran Twitter

Internet et les réseaux sociaux ont été beaucoup sollicités après la tragédie survenue lors du pèlerinage de la Mecque. Cela a commencé par l’annonce du drame. Puis rapidement, des accusations franches contre le régime saoudien sont apparues.

Publicité

De notre correspondant au Caire,

La bousculade qui a fait plus de 700 morts au grand pèlerinage de La Mecque a d’abord fait vibrer la Toile avant de la déchirer. Ça a commencé par l’annonce du drame. Mais au fil des bilans qui s’alourdissaient, ont commencé à poindre les accusations. En fin de soirée apparaissait le hashtag #الادارة_السعودية_الفاشلة « La gestion saoudienne lamentable » .

La manne de la Mecque

Certains tweets accusaient l’Arabie de négligence ou d’insensibilité à l’égard de la vie d’autrui. D’autres tweets s’en prenaient à ce qu’ils qualifiaient « d’arrogance saoudienne ». Ils soulignaient que le pèlerinage n’était pas une charité faite par l’Arabie aux musulmans mais un service payant qui rapporte des milliards aux Saoudiens. Le coût du pèlerinage, billets d’avion exclus, commence à plus de 1 000 euros et peut allègrement dépasser les 10 000 selon les lieux d’hébergement. Avec deux millions de pèlerins, cela commence à faire beaucoup.

Accusations contre l’Iran

Il y a aussi eu la réaction inverse, avec des invectives contre l'Iran, d'abord avec ce hashtag défendant l’Arabie saoudite #كلنا_سند_لبلاد_الحرمين puis celui accusant l’Iran de « tuer les pèlerins » #ايران_تقتل_الحجاج . Certains internautes ont en effet tenu à défendre l’Arabie saoudite et sa famille régnante et ont évoqué une gestion exemplaire du pèlerinage avec des expression comme « les chiens aboient et la caravane passe ».

Puis des accusations contre Téhéran qui aurait télécommandé le drame via des agents iraniens, libanais, yéménites mais aussi africains ont déferlé. Enfin des invocations contre l’Iran ont été partagées, mais aussi contre les chiites en général demandant à Allah de les frapper de toutes sortes de maux, y compris la destruction.

Emergence d'une contestation laïque

Pour certains, le pèlerinage est un luxe qui draine les fonds des pays pauvres. Des fonds qui pourraient être utilisés à construire des écoles et des hôpitaux. D’autres engagent une lutte des classes en dénonçant tous les riches qui se rendent régulièrement au pèlerinage pour se laver de leurs péchés à l’égard de tous ceux qu’ils exploitent.

L’écrivain Ibrahim Abdel Méguid, auteur du roman L’autre pays, très critique de l’Arabie saoudite et du wahhabisme, rappelle qu’une des invocations faites à La Mecque était « Allah, charges toi des juifs et des nazaréens ». En Egypte, où vit une minorité de dix millions de chrétiens et une toute petite communauté juive, de plus en plus d'intellectuels, dont le ministre de la Culture Helmy al-Namnam, accusent le rigorisme wahabbite d'être à l'origine de l'extrêmisme musulman.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.