Accéder au contenu principal
Territoires palestiniens / Israël

Cisjordanie: «les Palestiniens n’ont plus rien à perdre»

Depuis jeudi soir, les manifestations sont quotidiennes en Cisjordanie. Ce dimanche encore, des affrontements ont opposé des Palestiniens à l'armée israélienne près de Ramallah.
Depuis jeudi soir, les manifestations sont quotidiennes en Cisjordanie. Ce dimanche encore, des affrontements ont opposé des Palestiniens à l'armée israélienne près de Ramallah. REUTERS/Mohamad Torokman

Des affrontements ont eu lieu de nouveau ce dimanche à Jérusalem et en Cisjordanie. Un Palestinien a été tué et au moins 77 blessés ce dimanche par des tirs de l'armée israélienne. L'escalade de la violence semble inévitable. Certains spécialistes estiment même que l'on pourrait assister à la troisième Intifada.

Publicité

Depuis jeudi soir, les manifestations sont quotidiennes en Cisjordanie, rapporte notre correspondant à Ramallah, Nicolas Ropert. Des Palestiniens affrontent l'armée israélienne qui réplique. C'est notamment le cas autour de Ramallah. « Il y a 1 000 Palestiniens, des jeunes. Ils sont restés toute la nuit, ils étaient en colère », témoigne un Palestinien francophone de 28 ans qui a participé aux affrontements. « Je pense que si ça continue comme ça, ce seront eux les perdants, parce que les Palestiniens n’ont plus rien à perdre », avance-t-il.

Les restrictions à Jérusalem et sur l'esplanade des Mosquées s'ajoutent à l'absence de solution dans le conflit israélo-palestinien. Un ras-le-bol que perçoit Muntazer Hamdan, rédacteur au sein du journal Al Hayat. « Je ne pense pas que les Palestiniens veulent aller jusqu'à la troisième Intifada. Mais si les soldats et les colons israéliens continuent à tuer des Palestiniens, à les attaquer et à s'en prendre à leur maison, alors les Palestiniens n'auront pas d'autres choix », prévient-il.

Les récentes enquêtes d'opinion montrent que 65 % des Palestiniens ne croient plus à la création d'un Etat palestinien. Les deux tiers souhaitent même que le président de l'Autorité palestinienne démissionne de son poste.

Netanyahu durcit le ton

Après qu’Israël a interdit ce dimanche l’accès à la vieille ville de Jérusalem aux Palestiniens pendant deux jours, le Premier ministre Benyamin Netanyahu a réuni ce soir ses principaux responsables de sécurité. Le débat a duré plus de quatre heures, indique notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul. Le Premier ministre a annoncé qu'il avait ordonné une série de mesures prenant effet de manière immédiate : « Les mesures ont pour but notamment d'accélérer la démolition des maisons des terroristes, d’étendre le recours à la détention administrative contre les émeutiers palestiniens, renforcer la présence des forces de la sécurité à Jérusalem et en Cisjordanie et d’interdire ceux qui incitent à la violence dans la vieille ville et au mont du Temple. »

Nous devons mener une lutte sans merci contre le terrorisme palestinien, a ajouté le chef du gouvernement israélien. Selon les médias, le chef d'état-major et les directeurs des services de sécurité ont indiqué que malgré la tension actuelle, la coordination entre les forces de sécurité israélienne et palestinienne se poursuivait. On ne peut pas parler à l'heure actuelle d'une nouvelle intifada, ont-ils ajouté. Dans la soirée le cabinet de sécurité va se réunir en séance plénière.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.