Accéder au contenu principal
Yézidis

Yézidis, chiites, chrétiens: le groupe EI commet un «génocide», selon Washington

Des réfugiées Yézidis, dans un camp au sud de la Turquie, le 20 juin 2015.
Des réfugiées Yézidis, dans un camp au sud de la Turquie, le 20 juin 2015. REUTERS/Umit Bektas

Un génocide. C'est ainsi que le département d'Etat américain a officiellement qualifié la stratégie brutale du groupe Etat islamique contre les minorités de yézidis, de chrétiens, de chiites et d'autres groupes vulnérables dans les zones que le groupe islamiste contrôle. Ce mot de génocide, déjà prononcé par John Kerry en mars dernier, vient en effet d'apparaître dans le rapport annuel sur les libertés religieuses dans le monde. Il confirme les atrocités de Daech en Irak et en Syrie, et devrait renforcer la volonté des Américains de lutter dans la région.

Publicité

Avec notre correspondant à New YorkGrégoire Pourtier

Les Yézidis sont une minorité confessionnelle de quelques centaines de milliers de personnes, principalement installées dans le Kurdistan irakien. On ne peut être yézidi que si l'on est né de parents yézidis. Il s'agit donc d'une sorte de caste très fermée, et particulièrement vulnérable.

A (RE)LIRE → Les Yézidis, une communauté multimillénaire mais inconnue

Leur culte emprunte au christianisme et à l'islam, et le groupe Etat islamique, qui les considère comme hérétiques, en a fait depuis deux ans une cible privilégiée. Le Parlement européen et une commission d'enquête de l'ONU, entre autres, avaient ainsi déjà parlé d'un génocide en cours contre les Yézidis, massacrés, déplacés, violés, endoctrinés.

A (RE)LIRE → L'ONU s'alarme du «génocide» contre les Yézidis par le groupe EI

John Kerry, le secrétaire d'Etat, l'avait aussi indiqué dès mars dernier, l'englobant avec les crimes commis contre les chrétiens et les chiites de la région. Dans son rapport annuel sur les libertés religieuse, Washington confirme donc ce génocide, précisant que Daech ne se contente pas de violences, mais qu'il cherche à effacer la mémoire de ces minorités, à détruire des sites millénaires.

L'emploi du mot génocide n'est pas qu'un artifice de communication, il implique certainement des conséquences législatives, voire militaires. Le secrétariat d'Etat américain note : « Nommer ces crimes est important, mais l'objectif est surtout de les stopper. »
 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.