Accéder au contenu principal
Territoires palestiniens

Les urnes vont départager le Fatah et le Hamas, une première depuis 2006

Des étudiants partisans du Fatah durant un meeting du mouvement palestinien lors des élections à l'université de Birzeit, le 26 avril 2016.
Des étudiants partisans du Fatah durant un meeting du mouvement palestinien lors des élections à l'université de Birzeit, le 26 avril 2016. ABBAS MOMANI / AFP

C'est ce mardi qu’a débuté le processus d'enregistrement des candidatures pour les élections municipales palestiniennes. Elles se tiendront le 8 octobre 2016 en Cisjordanie et à Gaza. Pour la première fois depuis 10 ans, les deux plus grands partis palestiniens, le Fatah du président Mahmoud Abbas et le Hamas islamiste présenteront des candidats. Lors des dernières municipales en 2012, le Hamas avait boycotté le scrutin qui s'était tenu uniquement en Cisjordanie. Ce scrutin permettra d'évaluer les forces en présence dans les territoires palestiniens.

Publicité

Avec notre correspondant à Ramallah, Nicolas Ropert

Ces dernières semaines, des informations contradictoires circulaient sur le report possible de ce scrutin. Mais ce mardi midi, à Ramallah, le président de la Commission électorale palestinienne a confirmé que ces élections se tiendraient bien à la date initialement prévue, le 8 octobre prochain.

Pour la première fois depuis 10 ans, le Fatah du président Mahmoud Abbas et le Hamas s'affronteront dans les urnes. La dernières fois, c'était en 2006 quand le mouvement islamiste avait remporté les législatives, créant le chaos ensuite et la division entre la Cisjordanie et la bande de Gaza.

Le Fatah en mauvaise posture

Pour le Fatah, le risque est grand de perdre plusieurs villes importantes. La gauche va présenter des listes communes et le Hamas pourrait ravir au parti du président des municipalités importantes en Cisjordanie.

Dans la bande de Gaza, même s'il est en perte de vitesse après trois conflits meurtriers avec Israël, on voit mal ce même Hamas céder des municipalités à l'opposition.

Les deux camps s'accusaient mutuellement ces dernières semaines de possibles triches le jour du vote. La Commission électorale a tenu à être rassurante ce mardi midi confirmant tout faire pour que l'élection soit la plus transparente possible.

 → A (RE)LIRE : Le Hamas peine à exister sur les réseaux sociaux

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.