Accéder au contenu principal
Territoires palestiniens

Gaza, au lendemain du report des municipales dans les Territoires palestiniens

La bande de Gaza, photographiée le 8 septembre 2016 depuis Israël.
La bande de Gaza, photographiée le 8 septembre 2016 depuis Israël. REUTERS/Amir Cohen

La Cour suprême palestinienne a décidé, jeudi 8 septembre, de reporter les élections municipales, qui devaient se tenir le 8 octobre en Cisjordanie et à Gaza. Pour la première fois depuis dix ans, les deux principales factions palestiniennes, Fatah et Hamas, devaient donc s'affronter dans les urnes, mais le scrutin ne devrait pas avoir lieu avant le mois de décembre. Réactions dans la bande de Gaza.

Publicité

Ce devait être les premières élections organisées sur l'ensemble des Territoires palestiniens depuis une décennie et les législatives de 2006. Contrairement aux municipales de 2012, le Hamas avait cette fois-ci décidé de soutenir des candidats face au Fatah du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Mais les élections municipales prévues dans un mois sont finalement reportées sine die par la Cour suprême palestinienne à Ramallah. Elles ne devraient pas avoir lieu avant décembre. Et dès la décision de la Cour connue, le Hamas a réagi. Un de ses porte-parole a dit regretter le vol de la démocratie par le parti du président Abbas.

Le Fatah estimait ne pas pouvoir faire campagne à Gaza

A l'origine de cette décision de la plus haute juridiction à Ramallah : l'interdiction par une cour gazaouïe de cinq listes du Fatah dans ces élections. A l'intérieur de l'enclave palestinienne contrôlée par le Hamas, l'opposition se sent bien souvent réprimée, constate en effet notre correspondant en Cisjordanie, Nicolas Ropert, de retour de Gaza. L'an dernier, l'ONG Amnesty International avait déjà dénoncé des meurtres d'opposants et l'usage de la torture par des militants islamistes.

Dans l'une des rares réunions autorisées par le parti islamiste au sein de la bande de Gaza, jeudi soir après l'annonce du report des élections, le représentant du Fatah auprès de la Commission électorale dans l'enclave, Fayez Abou Aita, a débattu avec des responsables de différentes autres factions, Hamas compris. Et le dirigeant fidèle au président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, d'accuser son principal concurrent :

« Le responsable du Fatah dans la ville de Khan Younès a été arrêté et frappé par la police du Hamas. C'est une violation des règles électorales. Mais au total, ce sont plus d'une centaine de nos membres qui ont été menacés. Il était impossible pour nous de faire campagne », a-t-il expliqué pour justifier la requête lancée auprès de la Cour suprême par son mouvement.

Le Hamas est prêt à tout pour garder le contrôle à Gaza, estime Mokhemar Abu Saada, professeur de sciences politiques à l'université al-Azhar. Le Mouvement de résistance islamique aurait selon lui « peur que des municipalités passent aux mains du Fatah, de la gauche ou d'autres partis ». « C'est pour cela qu'il prive les opposants de toute liberté démocratique à Gaza », ajoute-t-il.

Le Hamas craint que le scrutin n'ait finalement jamais lieu

De son côté, le porte-parole du Hamas à Gaza, Sami Abou Zouhri, regrette le report du scrutin : « On s’est mis d’accord sur la date et la Commission des élections avait pris toutes les précautions et toutes les démarches pour que les scrutins se déroulent dans de bonnes conditions. Et aujourd’hui, on nous annonce que la Cour suprême a décidé de reporter la date des élections... »

Au micro de notre confrère Sami Boukhelifa, du service international de RFI, il dénonce une décision « politique », avec un but précis : « Je pense que l’objectif du tribunal, qui n’a même pas donné une autre date, est d’annuler tout simplement le vote. Et le report est un premier pas. Ils ont ainsi cédé aux pressions régionales. Un certain nombre de dirigeants du Fatah ne voulaient pas non plus de ces élections », considère-t-il.

A Ramallah, des municipales annulées dans l'indifférence quasi générale

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.