Accéder au contenu principal
Syrie

Syrie: que faut-il attendre encore des négociations de Genève?

L'aviation irakienne a mené des raids à Douma, ville sous le contrôle des rebelles près de Damas. Photo de Douma, le 26 février 2017.
L'aviation irakienne a mené des raids à Douma, ville sous le contrôle des rebelles près de Damas. Photo de Douma, le 26 février 2017. REUTERS/Bassam Khabieh

Qu'attendre encore des négociations de Genève sur la Syrie ? Pas grand-chose ou presque... Régime et opposition ne se sont pas encore parlé. Damas a haussé le ton ce week-end après l'attentat-suicide qui a visé les services de renseignement à Homs. Il aurait fait plus de 80 morts. Entre condamnations et promesses de représailles, on remarque surtout une chose : c'est que pendant ce temps-là, on ne parle plus de pourparlers de paix. Les discussions étaient déjà mal embarquées. Elles n'ont en réalité même pas commencé.

Publicité

Avec notre correspondant à Genève, Jérémie Lanche

Ce ne sont pas les conférences de presse qui manquent à Genève. Non. C'est plutôt le fond qui fait défaut. Les négociations ont officiellement commencé jeudi dernier. Mais depuis... rien.

Les participants se retranchent derrière la résolution 2254 du Conseil de sécurité de l'ONU. Elle demande trois choses : une gouvernance crédible, des élections libres et une nouvelle Constitution. Mais les participants en sont encore à définir s'il faut ou non parler de tout ça en face à face ou par médiateur interposé.

L'opposition devait aussi arriver unie, mais finalement, elle est scindée en trois groupes distincts. Dont deux soutenus par Moscou.

Et puis, il y a eu l'attentat-suicide contre les services de renseignements à Homs qui a donné lieu à quelques passes d'armes entre délégations. On est donc très loin d'un règlement du conflit.

Personne ne sait d'ailleurs combien de temps les discussions vont durer. Mais il y a peu de chances qu'elles continuent la semaine prochaine pour une raison simple : tous les hôtels de Genève affichent complet à cause du Salon de l'auto. La paix en Syrie attendra.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.