Accéder au contenu principal
Syrie

Syrie: le voile se lève peu à peu sur les destructions de Palmyre

Char russe au milieu des ruines de Palmyre, le 4 mars 2017.
Char russe au milieu des ruines de Palmyre, le 4 mars 2017. REUTERS/Omar Sanadiki

En Syrie, une première mission d’évaluation effectuée par un responsable gouvernemental montre que le groupe Etat islamique a fortement détérioré un important monument romain, le tétrapyle, et la façade du célèbre temple romain de la cité antique.

Publicité

avec notre correspondant régional, Paul Khalifeh

Les destructions les plus graves ont touché le tétrapyle, une plate-forme carrée avec des structures constituées de quatre colonnes à chaque coin. Waël Hafian, un responsable des antiquités du gouvernement syrien, qui s’est rendu samedi 4 mars à Palmyre, a indiqué que seules quatre des 16 colonnes sont toujours debout. Les autres ont été détruites aux explosifs mais certaines, moins endommagées, pourraient être restaurées et redressées. Les jihadistes ont également provoqué des dégâts à la partie centrale de la façade du célèbre théâtre romain, non loin du tétrapyle.

Lors de sa première occupation de la cité antique, le groupe Etat islamique avait complètement rasé, en août 2015, le temple de Bêl, principal sanctuaire de la ville. Il n’en restait plus que l’encadrement de pierre de l’entrée principale, ouvrant sur le vide. Le petit temple de Baalshamin avait aussi été réduit en poussière.

Pour éviter la reprise de la ville une troisième fois par les jihadistes, l’armée syrienne tente de les en éloigner le plus possible. Samedi, elle a sécurisé l’aéroport de Palmyre et a repoussé les combattants extrémistes dans un rayon de 2 kilomètres, à l’est de la ville.

Après le déminage et la sécurisation totale de Palmyre, l’armée syrienne prévoit de marcher sur Sokhna, à 80 km au Nord-est, qui constitue la première ligne de défense de la province orientale de Deir Ezzor.

à (re)lire : Le Grand Palais fait renaître les «Sites éternels, de Bâmiyân à Palmyre»

Hélicoptère russe au dessus du temple de Bêl, à Palmyre, le 4 mars 2017.
Hélicoptère russe au dessus du temple de Bêl, à Palmyre, le 4 mars 2017. REUTERS/Omar Sanadiki

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.