Accéder au contenu principal
Turquie / Syrie

Offensive turque en Syrie: Ankara ne fera «pas marche arrière»

De jeunes hommes saluent le passage des blindés turcs non loin de la frontière avec la Syrie, le 22 janvier 2018.
De jeunes hommes saluent le passage des blindés turcs non loin de la frontière avec la Syrie, le 22 janvier 2018. REUTERS/Umit Bektas

Au troisième jour de l'intervention militaire turque dans le nord de la Syrie, les Kurdes en appellent au soutien de Washington. La région syrienne d'Afrin, visée par l'opération « Rameau d'olivier », est l'un des fiefs des Kurdes de Syrie. Pour Ankara, l'organisation politico-militaire qui domine ce territoire proche de la frontière turque est un mouvement « terroriste ».

Publicité

Selon les médias turcs, l'armée progresse en territoire syrien, où une dizaine de positions des miliciens kurdes ont déjà été détruites, notamment les sites d'où ont été tirées des roquettes qui ont fait une victime, hier, dans une ville turque frontalière de la Syrie.

Une intervention de courte durée ?

Ankara assure que son intervention sera de courte durée. Ce n'est pas la première fois que l'armée turque pénètre en territoire syrien. Durant l'été 2016 elle a déjà porté un coup d'arrêt à la progression des forces kurdes de Syrie. Pour Ankara, pas question de voir s'étendre à sa frontière un territoire kurde autonome, alors que la Turquie est déjà confronté à un mouvement rebelle kurde sur son propre sol.

Aujourd'hui, c'est donc l'enclave d'Afrin qui est visée sans opposition apparente des Etats-Unis ni de la Russie dont la Turquie s'est progressivement rapprochée ces dernières années. La Turquie ne fera « pas marche arrière » dans son offensive contre une milice kurde dans le nord de la Syrie, a assuré lundi le président Recep Tayyip Erdogan qui parle même ce lundi d'une offensive lancée « en accord avec la Russie ».

Une victoire diplomatique ?

Pourtant, au moment où les Kurdes de Syrie apparaissent en difficulté face aux blindés turcs, c'est Moscou qui leur offre une victoire diplomatique en les invitant au « congrès de la paix » que la Russie compte organiser le 30 janvier prochain à Sotchi.

Au niveau international, la France a appelé Ankara à mettre fin à son offensive et a demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU, qui doit se tenir à huis clos ce lundi 22 janvier. Dans un communiqué, les Kurdes de Syrie ont, de leur côté, estimé que l'offensive de la Turquie contre leur enclave d'Afrin était un « soutien clair » au groupe Etat islamique (EI).

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.