Accéder au contenu principal
Syrie / Terrorisme

Sud-est d'Idleb: l'armée syrienne annonce l'encerclement de groupes rebelles

Un combattant rebelle tire un missile vers des positions de l'armée syrienne, dans la province d'Idleb, le 11 janvier 2017.
Un combattant rebelle tire un missile vers des positions de l'armée syrienne, dans la province d'Idleb, le 11 janvier 2017. OMAR HAJ KADOUR / AFP

En Syrie, l’armée gouvernementale a annoncé avoir totalement encerclé des groupes rebelles et jihadistes dans une poche au sud-est d’Idleb, dans le cadre d’une offensive en cours depuis plus d’un mois. Les combats se poursuivent avec violence sur plusieurs fronts de cette province, contrôlée en grande partie par une coalition jihadiste conduite par l’ex-branche d’al-Qaïda en Syrie.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Les unités de l’armée syrienne, progressant à partir de la province d’Alep, et celles avançant du sud-est d’Idleb, ont fait leur jonction, au nord de l’aéroport militaire d’Abou-Zouhour, repris par les troupes gouvernementales la semaine dernière. En se rencontrant, ces deux colonnes ont refermé l’étau sur une poche de 1 100 kilomètres carrés, contrôlée par des groupes jihadistes et rebelles, au sud-est de la province d’Idleb. Cette enclave comprend une centaine de localités et de villages, dont le tiers est contrôlé par le groupe Etat islamique et les deux tiers par une coalition conduite par l’ex-branche d’al-Qaïda en Syrie et par d’autres brigades rebelles.

Soutien massif de l'aviation russe

Des sources proches du régime estiment que 2 500 combattants sont désormais enfermés dans cette poche, sans aucune possibilité de retraite ou de ravitaillement. Dans le même temps, l’armée syrienne et ses alliés poursuivent leur progression vers le nord, à la rencontre d’une colonne qui avance de la province d’Alep. Ces offensives se déroulent avec le soutien massif de l’aviation russe.

L'opération ne pas s'arrêter là

L’importance des effectifs engagés laisse croire que l’opération ne vas pas s’arrêter là. Après la prise de l’aéroport d’Abou-Zouhour, l’objectif serait de désenclaver deux localités à majorité chiite, Foua et Kefraya, encerclées depuis trois ans par les rebelles et les jihadistes, au nord-ouest d’Idleb.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.