Accéder au contenu principal
Israël

Israël: passe d'armes entre le chef de la police et Benyamin Netanyahu

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, le 29 janvier 2018.
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, le 29 janvier 2018. REUTERS/Maxim Shemetov

La police israélienne devrait rendre dans les prochains jours ses conclusions dans les deux enquêtes visant Benyamin Netanyahu. Selon la presse locale, elle devrait recommander la mise en examen du Premier ministre dans au moins un des deux dossiers. Ce sera ensuite au procureur général de décider s'il suit ces recommandations ou non. Et à quelques jours de la publication des conclusions des enquêteurs, le chef de la police a accordé une interview qui a fait vivement réagir le chef du gouvernement. Ce dernier accuse les policiers en charge des deux dossiers le visant de « partialité ».

Publicité

Avec notre correspondant à JérusalemGuilhem Delteil

Une mise en examen assombrirait l'avenir politique de Benyamin Netanyahu. Et à quelques jours de la publication des conclusions de la police, le chef du gouvernement s'est livré à une charge contre la façon dont l'enquête a été menée.

Le Premier ministre réagissait à un entretien que le chef de la police a accordé à une chaîne de télévision. Roni Alsheich affirmait que les enquêteurs en charge des dossiers visant Benyamin Netanyahu ont subi ce qu'il qualifie de « pression ». Des détectives privés ont enquêté sur ces policiers, assure-t-il. Et il a également déclaré que le Premier ministre lui avait promis de le nommer à la tête des services de sécurité intérieure du pays s'il restait en poste.

« Un énorme doute vient de tomber sur les enquêtes de la police et leurs conclusions » a réagi Benyamin Netanyahu dans une vidéo mise en ligne sur son compte Facebook. « Toute personne décente se demande comment des gens qui disent des choses aussi délirantes sur le Premier ministre peuvent enquêter objectivement sur lui et parvenir à des conclusions impartiales » a jugé le chef du gouvernement.

Le chef de la coalition à la Knesset a même parlé d'une « tentative de coup d'Etat de la police ». Dans un second message, Benyamin Netanyahu s'est, lui, défendu d'attaquer personnellement Roni Alsheich, mais il maintient ses doutes sur l'impartialité de l'enquête.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.