Accéder au contenu principal
Israël / Territoires Palestiniens

Gaza: l'armée israélienne répond aux accusations d'usage excessif de la force

Des soldats de l'armée israélienne en position aux abords de la frontière nord de la bande de Gaza, le 30 mars 2018.
Des soldats de l'armée israélienne en position aux abords de la frontière nord de la bande de Gaza, le 30 mars 2018. REUTERS/Amir Cohen

Une journée plus calme, ce samedi 31 mars, autour de la frontière entre la bande de Gaza et le territoire israélien. Vendredi, une manifestation palestinienne aux abords de la barrière de séparation s'est soldée par la mort de 16 personnes et 1 400 blessés, avec l'armée israélienne ayant fait usage de balles réelles et de gaz lacrymogènes. Le président palestinien tient Israël seul responsable de ce lourd bilan. La Turquie et la Jordanie dénoncent un usage excessif de la force de la part de l'armée israélienne et le secrétaire général de l'ONU demande une enquête indépendante. Mais pour l'armée israélienne, sa réponse était à la hauteur de la menace. Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a félicité samedi l'armée pour avoir « protégé les frontières du pays ».

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

Pour les organisateurs gazaouis de cette manifestation, la protestation se voulait pacifique. Mais depuis plusieurs jours, les responsables israéliens affirment qu'il s'agit d'un rassemblement hostile, derrière lequel se cache le Hamas, le mouvement islamiste qualifié d'organisation terroriste.

« Le Hamas s'est approprié l'événement lorsqu'ils ont décidé de donner 2,5 millions d'euros pour aider à son organisation, avance le lieutenant-colonel Peter Lerner, l'un des porte-paroles de l'armée israélienne. Les porte-paroles et responsables du Hamas étaient présents sur place, y compris Ismaël Hanyeh. Donc, il se cache derrière les civils ; c’est une habitude du Hamas que de se cacher derrière les civils. »

Pour l'armée israélienne, l'infiltration sur le territoire israélien vendredi soir de deux hommes armés est une preuve des intentions du Hamas. Et pour le lieutenant-colonel Lerner, les vidéos qui montreraient des manifestants ne présentant apparemment aucun danger se faire tirer dessus sont biaisées. « Les vidéos et les images que nous avons vues ont été coupées. Ce sont des morceaux sélectionnés dans le but d'étayer les arguments du Hamas. Vous ne voyez pas ce que ces individus faisaient avant. Dans la plupart des cas, elles ne font pas plus de 30 secondes ou d'une minute. »

Quant à l'usage de balles réelles sur les protestataires, il correspond aux règles d'engagement de l'armée israélienne autour de la bande de Gaza, affirme le lieutenant-colonel Lerner, car le Hamas, au pouvoir dans l'enclave, « mène un assaut contre notre droit à l'existence », assure-t-il. Une force qui, selon lui, était proportionnée à la menace.

Le meilleur moyen de réduire le nombre de blessés et de décès est de ne pas approcher de la barrière: c'est une équation simple. Il n'y aurait pas eu de problème s'ils avaient maintenu leurs positions à une distance sûre de la barrière. S'ils n'avaient pas approché de la barrière, s'ils n'avaient pas tenté de la franchir et d'enfreindre notre souveraineté. C'est quelque chose que nous ne voulons pas laisser arriver.

Le lieutenant-colonel Peter Lerner, l'un des porte-paroles de l'armée, justifie l'usage de la force

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.