Accéder au contenu principal
Territoires Palestiniens

À la réunion du Conseil national palestinien, Abbas tend la main au Hamas

Le président palestinien Mahmoud Abbas salue la foule pendant la rencontre du Conseil national palestinien à Ramallah, en Cisjordanie, le 30 avril 2018.
Le président palestinien Mahmoud Abbas salue la foule pendant la rencontre du Conseil national palestinien à Ramallah, en Cisjordanie, le 30 avril 2018. Palestinian President Office (PPO)/Handout via REUTERS

Lundi 30 avril, l'Organisation de libération de la Palestine a réuni le Conseil national palestinien, le parlement de la seule institution qui représente les 12 millions de Palestiniens à travers le monde. Objectif : renouveler ses instances dirigeantes et redéfinir ses orientations politiques. Plus de 600 membres sur les 740 convoqués ont répondu présents. Parmi les absents se trouvaient les députés du Hamas qui ont refusé d'y participer.

Publicité

Avec notre correspondante à Ramallah, Marine Vlahovic

Lors de son long discours d'ouverture du Conseil national palestinien, le parlement de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, a joué l'apaisement avec le mouvement islamiste qui contrôle la Bande de Gaza depuis plus de dix ans, le Hamas.

D'abord, Mahmoud Abbas a regretté l'absence des députés du Hamas, qui font automatiquement partie du Conseil national palestinien, tout en martelant que la porte restera ouverte. Puis il a évoqué la Marche du retour organisée à la frontière de la bande de Gaza depuis le 30 mars dernier.

« Le Hamas est passé de la résistance armée à la lutte pacifique, et je leur dis : c'est très bien, a salué le président du Fatah, mais tenez les enfants éloignés des snippers, nous ne voulons pas qu'ils finissent handicapés. »

La Marche du retour a déjà fait des centaines de blessés sous les balles israéliennes, tandis que le processus de réconciliation entre le Fatah et le Hamas est au point mort. Et pour Nabil Shaath, conseiller du président de l'Autorité palestinienne, il y a urgence.

« J'espère que ce conseil national définira clairement notre stratégie future et une stratégie claire à propos du prochain conseil. Mais pour cela, il faut se réconcilier avec le Hamas, martèle-t-il. C'est ce qui nous permettra d'organiser des élections aussi bien à Gaza qu'en Cisjordanie. »

Mahmoud Abbas a tout de même agité le spectre de nouvelles sanctions, notamment financières, pour faire pression sur le Hamas.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.