Accéder au contenu principal
Irak / Jordanie

Législatives en Irak: les Irakiens réfugiés en Jordanie boudent les urnes

Lors des élections législatives irakiennes, les électeurs doivent plonger le doigt dans l'encre indélébile. Ici c'est un membre de la sécurité à Kirkouk le 10 mai 2018. les forces armées et les Irakiens de l'étranger votent en avance pour les législatives.
Lors des élections législatives irakiennes, les électeurs doivent plonger le doigt dans l'encre indélébile. Ici c'est un membre de la sécurité à Kirkouk le 10 mai 2018. les forces armées et les Irakiens de l'étranger votent en avance pour les législatives. REUTERS/Ako Rasheed

Ce samedi 12 mai, près de 7 000 candidats disputent les élections législatives en Irak. Mais les Irakiens de l'étranger votent déjà, ce jeudi 10 mai et ce vendredi 11 pour ceux qui sont installés en Jordanie, pays voisin de l'Irak. Au total, plus de 65 000 réfugiés irakiens sont enregistrés auprès du Haut-Commissariat aux réfugiés en Jordanie. Marka, une banlieue à l’est de la capitale Amman, accueille une importante communauté irakienne, notamment des chrétiens qui ont fui l'État islamique. Ils sont nombreux à ne pas s’intéresser au scrutin de leur pays d'origine. Reportage.

Publicité

Avec notre correspondant à Amman, Jérôme Boruszewski

Seulement sept électeurs sont venus glisser leur bulletin dans l'urne durant les quatre premières heures du vote au bureau Sharif Hussein, au point que les scrutateurs s'ennuient. « J'ai choisi le parti chaldéen, personne d'autre ne me plaisait, dit Benjamin, venu voter avec son épouse. S'il n'y avait pas de candidat chaldéen en lice, je ne serais pas allé voter. »

Car pour beaucoup d'Irakiens de Marka, l'Irak n'est plus l'avenir : ils espèrent aller s'installer en Australie, au Canada, ou en Europe. Comme cette femme de 56 ans, qui n'ira pas voter. « S'il y avait des candidats chrétiens, honnêtes et capables de me faire émigrer vers un pays tiers, alors je voterais pour eux. S'il y avait des candidats qui n'étaient pas corrompus, alors j'irais voter », lance-t-elle.

Thamor s'abstiendra également. Il n'a pas confiance en la classe politique de son pays et affirme qu'on lui a proposé 200 dollars [environ 170 euros] pour que lui et son entourage votent pour un candidat en particulier : « Ce sont tous des voleurs, comme l'a dit Moqtada Sadr, tous les partis sont des voleurs. »

Les bureaux de vote rouvrent ce vendredi 11 mai à 7 heures, heure locale en Jordanie.

→A écouter l'émission Décryptage - Législatives irakiennes: l’espoir après Daesh 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.