Accéder au contenu principal
Israël / Gaza

Tirs de roquettes: Israël pointe Damas, le Jihad islamique annonce une trêve

Le Dôme de fer israélien a tiré plusieurs missiles pour intercepter des roquettes tirées depuis la bande de Gaza, le 27 octobre 2018.
Le Dôme de fer israélien a tiré plusieurs missiles pour intercepter des roquettes tirées depuis la bande de Gaza, le 27 octobre 2018. REUTERS/Amir Cohen

Israël a accusé la Syrie, soutenue par l'Iran, d'avoir ordonné les tirs de roquettes depuis Gaza ce samedi 27 octobre. Peu après, le Jihad islamique a annoncé une trêve immédiate.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

Après une nuit particulièrement tendue dans le sud d'Israël et dans la bande de Gaza, le Jihad islamique a annoncé ce samedi 27 octobre avoir accepté une trêve immédiate des tirs de roquettes, grâce à une médiation égyptienne.

Un peu plus tôt, sur son compte Twitter, le porte-parole de l'armée israélienne, Jonathan Conricus, a affirmé que les roquettes avaient été tirées par le Jihad islamique mais que les ordres et les incitations avaient été donnés à Damas avec l'implication claire de la force al-Qods des Gardiens de la révolution iraniens. Et de prévenir que la réaction israélienne ne sera pas nécessairement limitée géographiquement.

Depuis vendredi soir, des dizaines de roquettes ont été tirées vers le sud d'Israël en plein shabbat. Les missiles les plus menaçants ont été interceptés par le système Dôme de fer. De son côté, l'aviation israélienne affirme avoir frappé 80 cibles dans la bande de Gaza, dont deux sites de production d'armes, cinq sites militaires, un centre de formation, un tunnel et un poste d'observation.

Les commentateurs en Israël soulignent que le Hamas n'était pas impliqué dans les tirs. A la base de ce nouvel épisode du conflit entre Israël et Gaza, il y a le fait, précisément, qu'une trêve était apparemment sur le point d'aboutir. Et aussi, indique-t-on, le voyage surprise du Premier ministre israélien à Oman qui n'aurait pas été du goût de Téhéran. Après une nuit de violences, retour pratiquement à la case de départ.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.