Accéder au contenu principal
Israël

Israël discute une loi visant à déplacer les familles d'assaillants palestiniens

Benyamin Netanyahu contraint par son aile droite a approuvé une loi autorisant l’armée israélienne à déplacer de force en Cisjordanie les familles des assaillants palestiniens.
Benyamin Netanyahu contraint par son aile droite a approuvé une loi autorisant l’armée israélienne à déplacer de force en Cisjordanie les familles des assaillants palestiniens. REUTERS/Ronen Zvulun

Quelques jours après une série d'attaques contre des Israéliens dans les territoires palestiniens, le gouvernement de Benyamin Netanyahu a approuvé hier soir un projet de loi visant à autoriser l'expulsion des familles des assaillants de leur communauté et de les obliger à se réinstaller dans d'autres localités palestiniennes.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

A trois reprises, Benyamin Netanyahu avait obtenu un report du vote sur ce projet de loi défendu par ses alliés du parti pro-colon Foyer Juif. Ce dimanche 16 décembre, les discussions au sein du gouvernement ont encore été longues et animées. Mais dans la foulée de ces attaques qui ont coûté la vie à deux soldats et un bébé né prématurément, l’extrême-droite entend obtenir des concessions de Benyamin Netanyahu. Tard dans la soirée, le Premier ministre s’est incliné, n’opposant pas de veto face à ce texte dont il ne voulait pas.

Le texte de loi doit encore passer devant le Parlement

Le parcours du texte de loi est loin d’être terminé, car il doit encore être approuvé par le Parlement. Le texte vise à donner l’autorisation à l’armée israélienne de déplacer de force en Cisjordanie les familles des assaillants palestiniens. Cette menace d’un chambardement de vie se veut dissuasive selon Le Foyer Juif. Pourtant d’après le procureur général, également conseiller juridique du gouvernement, la loi serait contraire au droit international et aux lois fondamentales israéliennes.

Mais depuis ce jeudi 13 décembre, après une deuxième attaque meurtrière en quatre jours, les rassemblements dénonçant la politique sécuritaire de l’exécutif se sont multipliés. Devant la résidence du chef du gouvernement, devant son bureau également. Neuf ministres ont même participé à l’une de ces manifestations critiques du gouvernement ce dimanche.

Une image surprenante qui souligne la pression que l’aile la plus à droite de la coalition exerce sur Benyamin Netanyahu. « Même l’opposition est moins opposée au gouvernement que ses propres ministres », commente le lundi 17 décembre, une éditorialiste du quotidien Yedioth Ahronoth.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.