Accéder au contenu principal
Noël

Nuit de Noël pour les chrétiens à Bethléem, Jérusalem et au Vatican

Des fidèles embrassent l'étoile dans la Basilique de la Nativité à Bethléem.
Des fidèles embrassent l'étoile dans la Basilique de la Nativité à Bethléem. REUTERS/Mussa Qawasma TPX IMAGES OF THE DAY

Les chrétiens du monde entier célèbrent cette nuit, du 24 au 25 décembre, la naissance de Jésus de Nazareth. A Bethléem, Jérusalem ou au Vatican, messes et prières se sont tenues pour célébrer le Christ.

Publicité

Traditionnelle messe dans la Basilique de la Nativité à Bethléem

Après cinq ans de travaux, la basilique a fait peau neuve. Elle dévoile ainsi de superbes mosaïques datant de l’époque des croisés. Des mosaïques admirées par de nombreux pèlerins venus du monde entier pour assister à la messe de minuit. Comme à l’habitude, le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas a assisté à l’homélie au premier rang, en compagnie d’autres responsables palestiniens et en présence de délégations étrangères.

Les fidèles qui n’ont pas pu rentrer à l’intérieur sont restés massés au pied de la basilique de la Nativité et ont suivi comme ils le pouvaient la cérémonie.

Au début de son homélie, l'archevêque Pierbattista Pizzaballa rend hommage à la restauration récente de la basilique, une métaphore du conflit israélo-palestinien selon le prélat. Des années de travaux ont enfin permis aux superbes mosaïques datant de l'époque croisée de retrouver leur éclat. Un message d'espoir qui laisse de marbre Sofia, venue de Croatie...

Messe de minuit à Bethleem 7H

Des fidèles du monde entier au champ des bergers

Des milliers de fidèles ont afflué dans la ville de la naissance du Christ selon la tradition chrétienne, mais aussi dans ses environs. A Beit Sahour, juste à côté de Bethléem, des groupes de pèlerins du monde entier viennent célébrer leurs propres messes au champ des bergers, un lieu de procession.

J’ai amené avec moi 50 pèlerins des Philippines et je suis très heureux de pouvoir leur donner la messe ici au champ des bergers.

Des pèlerins du monde entier venus célébrer le Christ au champ des bergers

Prières en hébreu dans des églises de Jérusalem

Ils sont environ un millier de catholiques israéliens qui désirent prier en hébreu. Beaucoup plus nombreux les migrants et demandeurs d’asile dont les enfants sont souvent nés en Israël et ont l’hébreu pour langue véhiculaire.

Dans l’Eglise universelle, depuis le Concile Vatican II, on ne prie plus en latin dans l’Eglise latine mais on prie avec la langue locale donc rien de plus normal que pour nos églises côté Israël les personnes prient en hébreu.

Des prières pour Jésus en langue hébraïque

L'homélie du pape au Vatican

Dans son homélie de la nuit de Noël, le pape François, représentant des 1,3 milliard de catholiques dans le monde, a appelé les fidèles à laisser de côté leur « voracité » consumériste pour réfléchir au sens spirituel de leur vie. Celui que l'on surnomme le « pape des pauvres » a ainsi appelé au partage avec les plus humbles.

Le pape François a déroulé toute une réflexion autour de Bethléem, le lieu de naissance de Jésus. Bethléem veut dire « maison du pain » a rappelé le souverain pontife. Et il a posé cette question à l’assemblée dans la Basilique Saint-Pierre : « Noël, est-ce je partage mon pain avec celui qui n’en a pas ? »

Avec cette question, François a pointé du doigt la frénésie de la consommation de nourriture et d’achats pour Noël. « L’homme est devenu avide et vorace. Avoir, amasser des choses semble pour beaucoup de personnes le sens de la vie. Une insatiable voracité traverse l’histoire humaine, jusqu’aux paradoxes d’aujourd’hui ; ainsi quelques-uns se livrent à des banquets tandis que beaucoup d’autres n’ont pas de pain pour vivre. »

L'accueil des migrants, constante des homélies de François

François a donc appelé à un nouveau mode de vie : « non pas dévorer ni accaparer, mais partager et donner » : « On doit dépasser le sommet de l’égoïsme, il ne faut pas glisser dans les ravins de la mondanité et du consumérisme », a dit le pape.

Cet appel à la simplicité et au partage avec les plus démunis, c’est le message de Noël de François, c’est un appel aussi à accueillir chez soi, ceux qui « ont marché » à la recherche d’une maison, dit le pape. Une image pour parler à nouveau des réfugiés, et qui fait écho à son homélie de l’an dernier : quand François avait rappelé que, comme les migrants d’aujourd’hui, il y a 2000 ans Marie et Joseph aussi ont dû quitter leur terre pour se réfugier à Bethléem.

Ce mardi 25 décembre, le pape François prononcera la traditionnelle bénédiction Urbi et Orbi, à la ville et au monde, un message plus politique qui sera lu à midi depuis la loggia de la Basilique Saint-Pierre devant des milliers de fidèles

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.