Accéder au contenu principal
Syrie

Syrie: «l'élimination militaire ne suffit pas à faire disparaître» le groupe EI

Des membres des Forces démocratiques syriennes, en uniforme, saluent l'annonce de la victoire contre le Groupe EI, dans le champ pétrolier d'Al-Omar, le 23 mars 2019.
Des membres des Forces démocratiques syriennes, en uniforme, saluent l'annonce de la victoire contre le Groupe EI, dans le champ pétrolier d'Al-Omar, le 23 mars 2019. REUTERS/Rodi Said

Après la chute de son dernier bastion, à Baghouz, le « califat islamique » du groupe Etat islamique a disparu ce 23 mars. Mais des poches de fidèles à l'organisation jihadiste sont toujours présentes en Syrie. Quant aux vainqueurs, ils doivent se tourner vers l'après. Les Kurdes des FDS, menacés par la Turquie, préparent cette « nouvelle phase » et appellent le régime de Bachar el-Assad « à choisir le processus du dialogue ». Agnès Levallois, vice-présidente de l'Institut de recherches et d'études méditerranéenne Moyen-Orient.

Publicité

On peut parler de victoire dans le sens où le territoire qui a été pris par la force [...} a été libéré. [...] Donc, ça met fin à un projet politique mené par cette organisation radicale, qui était de créer un Etat. Cet Etat n'existe plus.

Agnès Levallois, spécialiste du Moyen-Orient

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.