Accéder au contenu principal
Israël

[Reportage] Manifestation de mécontentement devant la résidence de Netanyahu

Manifestation anti-Netanyahu jeudi 30 mai à Jérusalem.
Manifestation anti-Netanyahu jeudi 30 mai à Jérusalem. RFI/Guilhem Delteil

Les Israéliens devront donc aller voter pour la deuxième fois en moins de six mois le 17 septembre prochain. Nouvelles élections législatives, car la Knesset a voté sa dissolution après que Benyamin Netanyahu ait été incapable de former un gouvernement. Mais ces élections, qui devraient coûter une centaine de millions d'euros, n'étaient pas rendues indispensables par la loi. Et une centaine de manifestants s'est rassemblée ce jeudi soir devant la résidence du Premier ministre israélien pour dénoncer une manœuvre visant à le maintenir au pouvoir.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

Régulièrement, les opposants à Benyamin Netanyahu organisent de petites manifestations devant la résidence du Premier ministre pour réclamer sa démission en raison des accusations de corruption qui pèsent contre lui. Habituellement, ces rassemblements ont lieu le samedi soir. Mais ce jeudi, en raison de la convocation de nouvelles élections moins de deux mois après le dernier scrutin, il était important à nouveau de se rassembler, estime Raz Sher, un étudiant en médecine : « Les nouvelles élections, c'est un gaspillage d'argent. Elles auraient pu être évitées. »

Pour ce jeune homme, le principal responsable de cette situation est clairement identifié. « Benyamin Netanyahu. Il doit démissionner. Il essaye juste d'éviter d'aller en prison, d'être jugé. »

« Démocratie », « le peuple exige la justice », scandent les manifestants et beaucoup arborent des autocollants qualifiant Benyamin Netanyahu de « ministre du crime ». Mais Dina Raveh, habitante de Jérusalem, en veut autant au chef du gouvernement, communément appelé Bibi, qu'à son parti dans son ensemble.

« C'est très déprimant ce qui se passe en ce moment, confie-t-elle. Et le fait qu'aucun des membres du Likud ne puisse dire à Bibi que trop, c'est trop. Le peuple mérite mieux. »

Le rassemblement est resté modeste. La circulation devant la résidence du Premier ministre n'a même pas été interrompue. Mais d'autres manifestations devraient marquer la campagne électorale qui vient de s'ouvrir.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.