Accéder au contenu principal
Israël / Jérusalem

Jour de Jérusalem: mobilisation pour contrer la Parade des drapeaux

Dans les rues de Jérusalem, les participants chantent, dansent et agitent des drapeaux frappés de l'étoile de David, le 24 mai 2017, lors de la célébration du Jour de Jérusalem.
Dans les rues de Jérusalem, les participants chantent, dansent et agitent des drapeaux frappés de l'étoile de David, le 24 mai 2017, lors de la célébration du Jour de Jérusalem. REUTERS/Ronen Zvulun

Les Israéliens célèbrent ce dimanche 2 juin le Jour de Jérusalem, une journée décrétée par le gouvernement pour marquer la conquête de la partie Est et la réunification de la ville à la suite de la guerre des Six Jours en 1967. Une manifestation est prévue dans l'après-midi à Jérusalem. Elle rassemble habituellement des dizaines de milliers de personnes. Mais ce cortège est également critiqué : il traverse des quartiers palestiniens de la vieille ville et est régulièrement marqué par des slogans haineux et des actes de vandalisme. Et certains Israéliens se mobilisent pour essayer de proposer un message de paix et de tolérance.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

Chaque année, durant la Parade des drapeaux, des slogans haineux tels que « les Arabes dehors » ou « Mahomet est un porc » sont repris par quelques manifestants lorsqu'ils traversent le quartier musulman de la vieille ville.

Pour Tag Meir, une coalition d'organisations luttant contre le racisme, l'itinéraire du cortège pose problème.

« Les trois dernières années, à l'exception de celle-ci, nous avons essayé de demander à la police et à la Cour suprême que la parade puisse aller au mur des Lamentations, mais pas à travers le quartier musulman. Toutes les deux ont refusé d'intervenir sur l'itinéraire et il reste ainsi », commente Tamar Reichnitz, la directrice des activités d'éducation de cette fédération.

Ne pouvant modifier le parcours de cette manifestation, Tag Meir a décidé de lancer sa propre parade : quelques heures avant celle des drapeaux, les militants empruntent le même itinéraire et distribuent fleurs et bonbons aux personnes rencontrées.

« Il y a des gens qui veulent célébrer le Jour de Jérusalem. Nous ne sommes pas contre : les gens peuvent exprimer leur joie, explique Tamar Reichnitz. Mais nous ne croyons pas que cela doit se faire au détriment d'autres personnes. Donc nous voulons aller à la rencontre de ces vendeurs, de ces résidents de la vieille ville et leur dire : " Nous sommes conscients de votre souffrance. " »

Cette année, la manifestation est particulièrement sensible. Elle intervient dans les derniers jours du mois de ramadan, période au cours de laquelle beaucoup de Palestiniens viennent prier sur l'esplanade des Mosquées.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.