Accéder au contenu principal
ONU / Proche-Orient

ONU: 110 millions de dollars de promesses de dons pour l'UNRWA

Distribution de soupe pendant le mois du ramadan dans la ville de Gaza, le 9 mai 2019.
Distribution de soupe pendant le mois du ramadan dans la ville de Gaza, le 9 mai 2019. REUTERS/Mohammed Salem

L’UNRWA, l’agence d’aide des Nations unies pour les réfugiés palestiniens, continue sa collecte de fonds malgré les 110 millions de dollars qui lui sont promis. L’année dernière, les États-Unis avaient décidé d’arrêter de financer ses programmes qui viennent en aide à environ 5 millions de Palestiniens, plongeant l’agence dans une crise financière difficile.

Publicité

Avec notre correspondante à New York,  Marie Bourreau

C’est une bouffée d’air frais pour l’UNRWA, qui vit depuis l’année dernière avec un trou de plus de 400 millions de dollars qui met en péril ses programmes dédiés à l’éducation et à la santé des réfugiés palestiniens. Le mardi 25 mars, elle a obtenu à New York des promesses de don à hauteur de 110 millions de dollars. C'est beaucoup plus que l’année passée, mais pas encore suffisant pour boucler le budget de 1,2 milliard de dollars de l’agence.

Grand soutien des pays européens

Trente-cinq pays ont pris part à cette conférence, qui se tenait mardi au siège des Nations unies à New York et dont les plus gros donateurs ont été l’Union européenne, l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la France. Les promesses de dons, trois fois supérieures à celle de l’an dernier, sont « encourageantes », s’est réjoui le chef de l’UNRWA, même si elles ne permettront pas de financer les frais de fonctionnement sur une année entière.

►À lire aussi : Plan américain pour le Proche-Orient, Mahmoud Abbas en « a assez »

Mais ces engagements financiers envoient surtout un message important alors que les Américains tentent de convaincre à Barheïn du réalisme de leur plan de paix pour la région, qui prévoit un package économique de 50 milliards de dollars sur 10 ans. En contribuant activement à l’UNRWA, les Européens disent qu’ils privilégient toujours la voie multilatérale et la solution politique à la vision purement économique favorisée par Washington.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.