Accéder au contenu principal
Israël

Incidents lors de la réouverture du Tombeau des rois, au cœur de Jérusalem-Est

Des juifs ultra-orthodoxes devant le portail du Tombeau des rois, le 27 juin 2019.
Des juifs ultra-orthodoxes devant le portail du Tombeau des rois, le 27 juin 2019. MENAHEM KAHANA / afp

La France a brièvement rouvert, ce jeudi 27 juin, l'un de ses domaines nationaux dans la ville de Jérusalem. Le Tombeau des rois, site archéologique vieux de 2000 ans, a accueilli un premier groupe de touristes après neuf ans de fermeture. Mais moins d'une heure plus tard, des incidents avec des juifs ultra-orthodoxes ont poussé les responsables du site à fermer à nouveau les portes.

Publicité

De notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

A quelques centaines de mètres de la Vieille ville, le Tombeau des rois est un site archéologique majeur. Vaste mausolée taillé dans la roche qui renferme 31 tombes, il date de l'époque où les Romains contrôlaient la ville. L'identité de ses occupants n'est pas clairement établie mais l'un des sarcophages qu'il abritait fait référence à la reine Hélène d'Adiabène qui s'était convertie au judaïsme au 1er siècle de notre ère.

Mais le Tombeau des rois est un site particulièrement sensible. Situé à Jérusalem-Est, partie de la ville annexée par Israël mais revendiquée par les Palestiniens comme leur futur capitale, il est aussi un lieu vénéré par certains juifs qui voudraient prier sur la tombe de la reine Hélène. La réouverture au public, ce jeudi 27 juin, avait donc été entourée de beaucoup de précautions : les visites ne peuvent se faire que guidées et sur inscription.

Mais alors qu'un premier groupe de visiteurs se trouvait à l'intérieur, une quinzaine de juifs ultra-orthodoxes ont tenté de pénétrer sur le site. Un gendarme français a été agressé et blessé. Les visiteurs ont dû sortir sous escorte policière par une porte dérobée et le site a été refermé aux visiteurs.

Cet incident peut être de nature à compromettre la réouverture du Tombeau des rois. Le consulat général de France avait prévenu qu'elle ne pouvait se faire que dans le respect des règles qu'il s'était fixé. Des règles approuvées par le ministère israélien des Affaires étrangères qui dit « étudier » ces incidents pour empêcher qu'ils ne se reproduisent à l'avenir. Mais pour l'heure, les portes demeurent fermées.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.