Accéder au contenu principal
Iran/ONU/États-Unis

Zarif à l’ONU: Washington restreint ses capacités de déplacement

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, lors d'un entretien avec Reuters à New York, New York, États-Unis, le 24 avril 2019.
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, lors d'un entretien avec Reuters à New York, New York, États-Unis, le 24 avril 2019. REUTERS/Carlo Allegri/File Photo

C'est une visite qui ne plaît pas beaucoup à l'administration américaine. Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, est à New York depuis ce week-end. Il est attendu ce mercredi 17 juillet au Conseil économique et social des Nations unies pour une réunion consacrée au développement durable. Si les États-Unis lui ont délivré un visa, comme ils y sont légalement obligés en tant que pays hôte du siège onusien, ils ont restreint au maximum ses capacités de déplacement sur le sol américain.

Publicité

Entre le siège de l'ONU et l'immeuble qui héberge la délégation iranienne à New York, il y a dix minutes de marche. C'est en substance le périmètre autorisé à Mohammad Javad Zarif pendant son séjour.

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo invoque un principe de réciprocité pour justifier cette décision : si les diplomates américains n'ont pas le droit de se déplacer « autour de Téhéran », la capitale iranienne, les États-Unis peuvent donc légitimement prendre la même décision pour les Iraniens présents sur leur sol.

Mohammad Javad Zarif, interviewé par la chaîne NBC, le rappelle, sa visite ne concerne pas Washington : « Je ne suis pas venu ici pour discuter avec l'administration américaine. Je suis ici pour les Nations unies, et les États-Unis ont une obligation légale d'accueil au sein des instances de l'ONU. Si cela ne leur plaît pas, ils peuvent en parler aux Nations unies, pas à moi. »

Les deux pays sont en rupture diplomatique depuis la Révolution islamique iranienne de 1979. Le visa restrictif accordé à Mohammad Javad Zarif est une nouvelle illustration des tensions actuelles entre Washington et Téhéran. Mais le chef de la diplomatie iranienne tend la main à la Maison Blanche dans son interview accordée la chaîne américaine NBC : l'Iran est prêt à trouver des solutions à cette crise.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.