Accéder au contenu principal
Iran

Détroit d'Ormuz: l'Iran s'empare d'un pétrolier britannique, Londres réagit

Des membres des Gardiens de la révolution à Téhéran le 19 juillet 2019 (image d'illustration).
Des membres des Gardiens de la révolution à Téhéran le 19 juillet 2019 (image d'illustration). STR / AFP

L'Iran a saisi vendredi 19 juillet un pétrolier britannique dans le détroit d'Ormuz. L’action intervient après l'arraisonnement d'un pétrolier iranien par la marine britannique à Gibraltar le 4 juillet dernier, rajoutant à la tension qui ne cesse de monter dans la région du golfe Persique. Le Royaume-Uni est furieux.

Publicité

Selon le communiqué des Gardiens de la révolution, le pétrolier britannique, appelé Stena Impero, a été arraisonné dans le détroit d'Ormuz pour non-respect des lois maritimes internationales et a été dirigé vers les côtes iraniennes.

Le navire battait pavillon britannique, mais son propriétaire est suédois. Il se dirigeait vers l’Arabie saoudite lorsque son trajet a été dévié vers les eaux d'Iran via le détroit par une flotte de quatre vaisseaux iraniens et un hélicoptère.

L’équipage, composé de marins indiens, russes, philippins et lettons, est sain et sauf, relate notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix. il est resté à bord. À noter qu'un second tanker britannique arraisonné a depuis été autorisé à repartir.

Contexte compliqué

Trois jours plus tôt, le guide suprême iranien Ali Khamenei avait déclaré que l'arraisonnement d'un pétrolier iranien par la marine britannique début juillet à Gibraltar ne resterait pas sans réponse.

Ces derniers mois, l'ayatollah et des responsables militaires iraniens ont affirmé à de nombreuses reprises que l'Iran rendra coup pour coup à toute action hostile. Le chef des Gardiens de la révolution a déclaré que la République islamique pourrait changer de stratégie, pour passer d'une posture défensive à une posture offensive.

Jeudi 18 juillet, la marine des Gardiens de la révolution avait annoncé l'arraisonnement d'un autre pétrolier étranger qui transportait, selon Téhéran, du pétrole de contrebande.

Ce nouvel incident intervient enfin alors que jeudi soir, le président Trump a déclaré qu'un bateau américain avait abattu un drone iranien. Ce que Téhéran a démenti, précise notre correspondant en Iran, Siavosh Ghazi.

Les Gardiens de la révolution ont même publié un extrait du film du navire de guerre américain pris par le drone iranien, en affirmant que l'appareil était rentré sain et sauf dans sa base.

Réactions à Londres

Depuis deux mois, les incidents se multiplient. Le 20 juin, l'Iran avait abattu un drone américain qui se trouvait, selon Téhéran, dans son espace aérien.

La tension ne cesse de monter entre Téhéran et Washington dans la région du golfe Persique. Les États-Unis, mais aussi la Grande-Bretagne ont renforcé leur présence militaire dans cette zone.

Après une réunion du comité de crise Cobra tard dans la nuit, le gouvernement de Londres s'est dit ce samedi extrêmement inquiet, prévenant que l’incident de vendredi aura des conséquences « sévères » s’il n’est pas résolu rapidement.

Jeremy Hunt, candidat au poste de Premier ministre et actuel chef de la diplomatie, a également martelé que cet incident était « inacceptable » et aurait de « graves conséquences » si le pétrolier n’était pas libéré rapidement.

Position d'équilibriste

La presse britannique s'inquiète ce samedi matin d’une dangereuse escalade de la crise dans la région. Et s’interroge sur les actions à mener. Le Royaume-Uni est dans une position extrêmement difficile.

Londres est pris en étau entre la volonté de ne pas froisser l'allié américain, en conflit ouvert avec Téhéran sur le nucléaire, et le désir de ne pas aggraver la situation déjà dangereuse avec l’Iran, et mettre en difficulté d’autres pétroliers.

C’est pour cela que le ministre des Affaires étrangères a bien précisé que Londres n’envisageait pas d’options militaires mais cherchait à résoudre la situation par la voie diplomatique le plus rapidement possible.

Comportement dangereux ?

 

D'ici là, Londres vient de demander à tous les bateaux battant pavillon britannique d’éviter la région jusqu’à nouvel ordre et de nouvelles réunions de crise auxquelles assistent la ministre de la défense Penny Mordaunt sont prévues ce week-end.

Téhéran n'a pas encore réagi à la demande de libération de Londres. Un responsable a affirmé que le navire britannique avait eu un comportement dangereux, percutant un bateau de pêche et ne répondant pas aux appels.

Ce serait seulement ensuite que le Stena Impero aurait été arraisonné par la marine des Gardiens de la révolution avant d'être emmené dans le port de Bandar Abbas pour qu'il y ait une enquête sur l'incident.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.