Accéder au contenu principal
Syrie

Syrie: les forces du régime entrent à Khan Cheikhoun, ville clé du nord-ouest

L'armée syrienne, appuyée par la Russie, a mené près de 200 raids aériens sur la ville de Khan Cheikhoun, comme ici le 5 août 2019.
L'armée syrienne, appuyée par la Russie, a mené près de 200 raids aériens sur la ville de Khan Cheikhoun, comme ici le 5 août 2019. Omar HAJ KADOUR / AFP

Les jihadistes, qui dominent la majeure partie de la province d'Idleb, au nord-ouest du pays, ont opposé une « résistance féroce », a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

L’entrée de l’armée syrienne dans la ville de Khan Cheikhoun revêt une double importance symbolique et stratégique. Symboliquement, ce fief de l’ex-branche branche d’al-Qaïda en Syrie avait été la cible d’une attaque aux armes chimiques en avril 2017, qui avait fait plus de 80 morts, selon les Nations unies. En réaction à cette attaque aux agents toxiques, le président américain Donald Trump avait ordonné des frappes contre des sites militaires de l’armée syrienne dans plusieurs régions du pays.

Sur un plan stratégique, Khan Cheikhoun se trouve non loin de l’autoroute Damas-Alep, fermée depuis plus de cinq ans et qui permet de relier plus facilement la capitale à la grande métropole du nord. La prise de la ville permet de sécuriser un vaste tronçon de cet important axe routier.

Les unités de l’armée syrienne sont entrées à Khan Cheikhoun par le nord-ouest, après un violent pilonnage à l’artillerie et près de 200 raids aériens menés par des avions et des hélicoptères russes et syriens. Les jihadistes ont résisté avec acharnement, ayant recours aux attaques suicide pour tenter de freiner la progression des troupes gouvernementales. Les combats ont fait une centaine de morts dans les deux camps ces dernières 24 heures.

Les affrontements se poursuivent dans certains quartiers, mais les défenseurs ont retiré la majeure partie de leurs forces de peur qu’elles ne soient encerclées dans cette ville désertée par ses 100 000 habitants.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.