Accéder au contenu principal
Israël / États-Unis

Gêne en Israël après des propos de Trump sur Twitter

Donald Trump et Benyamin Netanyahu à Jérusalem le 23 mai 2017. «Trump est un bon ami de Netanyahu mais moins, bien moins d'Israël et des juifs» écrit ce matin un éditorialiste du quotidien «Yedioth Aharonoth».
Donald Trump et Benyamin Netanyahu à Jérusalem le 23 mai 2017. «Trump est un bon ami de Netanyahu mais moins, bien moins d'Israël et des juifs» écrit ce matin un éditorialiste du quotidien «Yedioth Aharonoth». REUTERS/Ronen Zvulun/File Photo

C'est une tempête de plus provoquée par Donald Trump. Mardi, sur Twitter, le président américain affirmait que les juifs votant pour les démocrates étaient soit « ignorants » soit « manquaient de loyauté ». Des propos vivement condamnés par des organisations juives américaines qui voyaient dans cette affirmation une accusation de double loyauté, aux États-Unis et à Israël : une accusation régulièrement reprise par des antisémites. Et les propos ont aussi gêné en Israël, notamment le chef de l'Etat qui a tenu à se démarquer.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

Le président israélien intervient moins souvent que le Premier ministre dans le débat public mais Reuven Rivlin n'hésite pas à exprimer ses positions sur des sujets qu’il juge fondamentaux pour le pays. Et, même s'il est membre du Likoud comme Benyamin Netanyahu, il affiche régulièrement ses distances avec le chef du gouvernement. C'est le cas une fois de plus.

Alors que le Premier ministre et l'exécutif sont restés silencieux après les propos de Donald Trump, le chef de l'État a appelé, mercredi soir, la présidente de la Chambre américaine des représentants, la démocrate Nancy Pelosi. A cette adversaire politique de Donald Trump, Reuven Rivlin a assuré que « la relation entre l'État d'Israël et les États-Unis est un lien entre deux peuples qui s'appuie sur des liens historiques, des amitiés profondes et fortes et des valeurs partagées qui ne dépendent pas de la relation avec un parti en particulier ».

Pour les responsables israéliens, le soutien bipartisan dont jouit leur pays aux Etats-Unis est un élément-clé pour assurer l'avenir d'Israël. Pas question donc pour le président de laisser Donald Trump, en quête du vote de la communauté juive américaine, faire de son pays un enjeu politicien. « Trump est un bon ami de Netanyahu mais moins, bien moins d'Israël et des juifs » écrit ce matin un éditorialiste du quotidien Yedioth Aharonoth.

 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.