Accéder au contenu principal
Yémen

Frappe de la coalition au Yémen: plus de 100 morts selon la Croix-Rouge

Des médecins du Croissant-Rouge marchent à côté de sacs contenant les corps des victimes des frappes aériennes dans un centre de détention houthi à Dhamar, au Yémen, le 1er septembre 2019.
Des médecins du Croissant-Rouge marchent à côté de sacs contenant les corps des victimes des frappes aériennes dans un centre de détention houthi à Dhamar, au Yémen, le 1er septembre 2019. REUTERS/Mohamed al-Sayaghi TPX IMAGES OF THE DAY

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) au Yémen a évoqué dimanche un bilan supérieur à 100 morts après une frappe de la coalition emmenée par Riyad sur un centre de détention tenu par les rebelles Houthis, au sud de la capitale Sanaa.

Publicité

En matinée, la coalition a de son côté annoncé avoir mené des raids aériens contre une « position militaire où sont stockés des drones et des missiles » dans la ville de Dhamar, dans l'ouest du pays, selon un communiqué relayé par la chaîne de télévision saoudienne Al-Ekhbariya.

« Nous estimons que plus de 100 personnes ont été tuées » dans cette frappe, a déclaré Franz Rauchenstein, à la tête du CICR au Yémen, qui s'est rendu sur place.

Au moins 40 blessés ont été hospitalisés dans plusieurs hôpitaux de Dhamar, a-t-il précisé.  Il avait plus tôt indiqué que le bâtiment ciblé était « un lieu de détention » dans lequel s'était déjà rendu le CICR à plusieurs reprises. Sur Twitter, le CICR au Yémen a indiqué transporter 200 sacs mortuaires vers le lieu du bombardement.

De leur côté, sur leur chaîne de télévision Al-Masirah, les Houthis ont affirmé que « des dizaines de personnes ont été tuées ou blessées » dans sept frappes, précisant qu'un bâtiment utilisé comme prison a été touché.

Dimanche matin, la coalition avait affirmé « prendre toutes les mesures de précaution nécessaires pour protéger les civils ».

Environ 100, 120 personnes sont décédées...

Franz Rauchenstein

La coalition intervient au Yémen depuis 2015 pour soutenir les forces progouvernementales contre les rebelles qui contrôlent de vastes zones de l'ouest et du nord du Yémen, dont la capitale Sanaa depuis 2014.

Ces frappes interviennent alors que la coalition est ébranlée depuis plusieurs semaines par des combats internes entre les séparatistes sudistes yéménites, soutenus par les Émirats arabes unis, et les forces progouvernementales, soutenues par Riyad.

Depuis 2014, le conflit a fait des dizaines de milliers de morts, dont de nombreux civils d'après des ONG, et plongé ce pays --le plus pauvre de la péninsule arabique-- dans la pire crise humanitaire au monde selon l'ONU.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.