Accéder au contenu principal
Iran / Droit des femmes

Football: plusieurs milliers d'Iraniennes au stade, un premier pas important

Les supportrices iraniennes dans les gradins du stade Azadi de Téhéran, le 10 octobre 2019.
Les supportrices iraniennes dans les gradins du stade Azadi de Téhéran, le 10 octobre 2019. ATTA KENARE / AFP

Près de 4 000 Iraniennes ont assisté ce jeudi 10 octobre pour la première fois à un match de foot depuis la révolution islamique de 1979. L’Iran a remporté le match de qualification pour le Mondial-2022 qui l’opposait au Cambodge (14-0). Tenues à l'écart des hommes dans le stade, les supportrices n'ont pas boudé leur plaisir.

Publicité

Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

C'est dans une ambiance bon enfant et chaleureuse que plusieurs milliers de femmes ont pu assister au match Iran-Cambodge. Quelque 3 500 billets ont été vendus aux femmes par internet mais devant l'affluence des supportrices, les autorités ont décidé de laisser entrer plusieurs centaines de femmes qui ont pu assister au match.

Pour Nahaleh, une Iranienne de 37 ans, fan de football, c'est un premier pas important :

« J'aime le football depuis mon enfance. J'ai 37 ans maintenant et je suis depuis mon enfance le football. J'ai assisté à dix matchs, dont deux en Iran. J'ai vu soudain qu'un journaliste a tweeté qu'on pouvait acheter des billets sur internet. Je l'ai fait immédiatement. J'ai aussi prévenu mes amies qui ont acheté des billets. Je voudrais pouvoir assister à n'importe quel match que j'aime. »

Mais de simples Iraniennes, comme Sara, âgée de 25 ans, sont également venues pour voir quelle était l'ambiance de ce premier match ouvert aux femmes :

« C'est la première fois que je viens au stade. Je ne connais pas grand-chose du foot. J'ai une amie qui aime le foot et je suis venue pour elle mais aussi pour voir quelle était l'ambiance. »

La décision des autorités de laisser entrer les femmes au stade intervient après la mort tragique d'une jeune iranienne, Sahar Khodayari, qui s'était immolée par le feu après avoir cru qu'elle était condamnée à de la prison ferme pour avoir tenté d'entrer dans un stade.

Cette ouverture intervient aussi après les pressions de la Fifa qui a menacé de boycotter l'équipe iranienne si les femmes n’étaient pas autorisées à aller aux stades pour assister aux matchs de football.

 À lire aussi : La «fille bleue», triste symbole du combat des Iraniennes pour l’accès aux stades

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.