Accéder au contenu principal
Syrie

À Idleb, Bachar el-Assad affirme sa volonté de remporter la bataille

Image diffusée mardi 22 octobre 2019 par l'agence de presse officielle syrienne montrant le président Bachar el-Assad dans la province d'Idleb.
Image diffusée mardi 22 octobre 2019 par l'agence de presse officielle syrienne montrant le président Bachar el-Assad dans la province d'Idleb. SANA/Handout via REUTERS

Le président syrien Bachar el-Assad a effectué ce mardi 22 octobre une visite inédite dans la région d'Idleb.

Publicité

La scène se passe à Al-Habit, une localité reprise il y a quelques semaines par l'armée syrienne appuyée par les forces russes. Les photos publiées sur le site de la présidence et reprises par les médias d'État montrent Bachar el-Assad entouré de militaires. Pour le président syrien, la « bataille d'Idleb » est essentielle pour « mettre fin au désordre et au terrorisme dans toutes les régions syriennes ».

La province d'Idleb et des parties des provinces voisines de Hama, Lattaquié et Alep ont été pilonnées sans interruption par l'armée syrienne, soutenue par l'aviation russe, entre fin avril et fin août. Les forces du régime avaient amorcé début août une progression terrestre, s'emparant notamment de cette localité d'Al-Habit, avant qu'une trêve prononcée par la Russie ne suspende leurs opérations.

Le message de Bachar el-Assad est clair : malgré cette trêve, l'homme fort de Damas a bien l'intention de poursuivre son opération de reconquête du territoire syrien, que ce soit par la force ou par le biais d'accords dits de « réconciliation », dont les termes s'apparentent davantage à une capitulation, imposés dans d'autres ex-fiefs insurgés.

Lors de cette visite à Al-Habit, le président syrien a évoqué un autre front, celui créé par l'offensive turque dans le nord-est du pays. « Nous sommes prêts à soutenir toute résistance à l'agression turque », affirme-t-il, sans toutefois nommer les combattants kurdes de Syrie. Ces derniers ont récemment conclu un accord avec Damas, qui a permis à l'armée du régime de se redéployer dans des territoires qu'elle ne contrôlait plus depuis des années.

(Avec AFP)

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.