Accéder au contenu principal
Israël/Gaza

Frappes sur Gaza: Israël reconnaît une erreur dans un bombardement

Des Palestiniens évaluent les dommages infligés à un immeuble dans la bande de Gaza, le 12 novembre 2019.
Des Palestiniens évaluent les dommages infligés à un immeuble dans la bande de Gaza, le 12 novembre 2019. REUTERS/Mohammed Salem

Il règne un calme précaire à la frontière entre Israël et Gaza. Les Israéliens reconnaissent désormais avoir bombardé un bâtiment qui abritait une famille de huit personnes dans le centre de l’enclave palestinienne. Parmi les victimes, trois enfants, âgés de 7 à 13 ans.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

Un porte-parole de l’armée israélienne a reconnu qu’il s’agissait d’une erreur. Les militaires israéliens visaient une infrastructure appartenant à un haut responsable du Jihad islamique du nom de Rasmis Abou Malhous, soupçonné par les Israéliens d’être le responsable de l’unité chargée des roquettes au sein de l'organisation. Un bâtiment qui était situé à Dir el Balah, dans le centre de la bande de Gaza.

Et toujours selon cette même source militaire, l’armée israélienne ignorait que la bâtisse abritait une famille de huit membres qui ont tous trouvé la mort dans la frappe. Les faits se sont déroulés quelques heures avant l’entrée en vigueur d’un fragile cessez-le-feu entre Israël et le Jihad islamique et ont été révélés par le quotidien Haaretz.

Enquête

L’armée israélienne indique avoir ouvert une enquête et affirme que ses combattants font tout leur possible pour éviter de toucher des civils palestiniens. Elle parle de frappes chirurgicales, mais on ne peut que constater que, dans toutes les opérations menées à Gaza par l’armée israélienne, il y a eu des bavures de ce genre.

En 2014, lors de l’opération « Bordure protectrice », l’armée avait notamment bombardé une école de l’ONU. Quatre enfants avaient été tués au cours de ce bombardement.

À lire aussi : [Reportage] Deuil à Gaza après les violences entre le Jihad islamique et Israël

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.