Accéder au contenu principal
Liban / Manifestations

Liban: la contestation monte d'un cran

Des manifestants bloquent une chaussée, à Beyrouth, le 25 novembre.
Des manifestants bloquent une chaussée, à Beyrouth, le 25 novembre. REUTERS/Andres Martinez Casares

Ce lundi 25 novembre en soirée, la violence est montée d’un cran au Liban, théâtre, depuis la mi-octobre, d’une vaste contestation contre la classe politique accusée de corruption. À ce mouvement de protestation s’est greffée une crise politique après la démission du Premier ministre, le 30 octobre, et le retard pris dans la désignation de son successeur.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

La tension est montée après la mort, dimanche à l’aube, d’un homme et d’une femme dont la voiture a percuté des obstacles sur une autoroute bloquée par des manifestants au sud de Beyrouth. Cet incident a provoqué la colère de la communauté chiite, à laquelle appartiennent les deux victimes.

La situation dégénère après un « sit-in »

La situation a commencé à dégénérer après un sit-in, organisé dans la banlieue sud de Beyrouth, un fief du Hezbollah et de l’autre formation chiite, le Mouvement Amal, du président du Parlement Nabih Berry, pour protester contre la mort de ces deux personnes. Les participants à ce rassemblement ont sillonné, à bord de scooters, les rues de la capitale, traversant des quartiers à forte population sunnite, où le Premier ministre démissionnaire Saad Hariri dispose de nombreux partisans.

Coups de feu

Des clashs ont opposé les deux camps et des coups de feu ont été tirés, provoquant un vent de panique dans la capitale. L’armée libanaise a déployé d’importants renforts pour circonscrire ces incidents. La tension monte entre ces deux camps à cause de la fermeture des routes par les manifestants, notamment celles qui mènent au Sud Liban, le fief du Hezbollah. Les manifestants réclament la formation d’un gouvernement de technocrates d’où seraient exclus les partis politiques qui dominent le Parlement, ce que le Hezbollah et ses alliés refusent catégoriquement.

À LIRE AUSSI: Liban: la toile s’enflamme après l’arrestation d'enfants, dont des mineurs

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.