Accéder au contenu principal
Irak

Irak: plusieurs assassinats de militants de la contestation non élucidés

Funérailles d'un militant mort pendant les manifestations contre le gouvernement à Bagdad. Le 26 novembre 2019.
Funérailles d'un militant mort pendant les manifestations contre le gouvernement à Bagdad. Le 26 novembre 2019. REUTERS/Thaier al-Sudan

En Irak, la contestation continue contre le pouvoir. Les manifestations réprimées dans la violence ont fait 450 morts et 20 000 blessés en deux mois. Dimanche, un militant actif au sein des manifestations a été assassiné à Kerbala par des hommes armés non identifiés. Et ce n'est pas le premier.

Publicité

Fahem al-Taï a été assassiné dimanche soir devant son domicile à Kerbala, selon l'AFP. Il rentrait chez lui lorsque des hommes à moto lui ont tiré dessus presque à bout portant. Fahem al-Taï, 53 ans, était apparemment actif au sein des manifestations contre le pouvoir en Irak. Il avait subi une campagne d'intimidation sur les réseaux sociaux mais continuait à se mobiliser.

D'autres militants ont été retrouvés morts sans que leur assassinat ne soit élucidé. C'est le cas de Zahra Ali, une étudiante de 19 ans, enlevée le 2 décembre à Bagdad. Son corps sans vie et mutilé a été retrouvé le lendemain près de son domicile. Le meurtre sauvage de la jeune femme a marqué les esprits.

Le week-end dernier, toujours à Bagdad, 24 manifestants qui occupaient un parking à plusieurs étages ont été tués par des hommes armés, non identifiés. Certains militants accusent des milices pro-iraniennes d'être derrière cette attaque. Les autorités irakiennes, elles, affirment ne pas avoir d'information sur cette série d'assassinats. 

 

À lire aussi : Plus de 30 morts en une journée: la violence franchit un nouveau palier

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.