Accéder au contenu principal

Territoires palestiniens occupés: les aides humanitaires sont en baisse

Les Territoires palestiniens occupés bénéficieront d'une aide humanitaire estimée à 313 millions d’euros en 2020, alors que les fonds baissent depuis quelques années. (photo d'illustration)
Les Territoires palestiniens occupés bénéficieront d'une aide humanitaire estimée à 313 millions d’euros en 2020, alors que les fonds baissent depuis quelques années. (photo d'illustration) HAZEM BADER / AFP

Le bureau des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) a lancé, ce mercredi 11 décembre, son plan de réponse humanitaire pour l’année 2020 dans les Territoires palestiniens occupés. Une aide estimée à 313 millions d’euros alors que les fonds baissent depuis quelques années.

Publicité

De notre correspondante à Ramallah, Marine Vlahovic

Près de 200 projets portés par des ONG et l’ONU doivent être financés pour faire face à la crise humanitaire à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Un appel du pied a même été lancé à la communauté internationale alors que les fonds baissent depuis quelques années.

2,5 millions de Palestiniens dans le besoin

Aide alimentaire, santé, accès à l’eau, 1,5 millions de Palestiniens à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est doivent bénéficier d’une aide humanitaire l’année prochaine. Ils sont pourtant près de 2,5 millions dans le besoin, mais les objectifs sont revus à la baisse en raison du manque de fonds et d’un intérêt décroissant pour la région.

« Si l’on regarde ces sept dernières années, il s’agit du montant le plus bas consacré à l’assistance humanitaire, même si nous avons essayé de nous concentrer et de mettre des priorités sur l’aide aux plus vulnérables. Étant donné que la Palestine est en crise depuis longtemps, nous lançons ces plans depuis 2003 », analyse Jamie McGoldrick, coordinateur du bureau des affaires humanitaires de l’ONU dans les Territoires occupés.

« Je pense que la Palestine a perdu un certain attrait. Mais c’est aussi en raison de la paralysie politique. Les humanitaires en sont réduits à maintenir la situation telle quelle, aider les gens quand c’est possible et les soutenir jusqu’à ce qu’une solution politique soit trouvée au conflit interne palestinien, mais également au conflit israélo-palestinien. Et malheureusement nous en sommes encore loin », regrette Jamie McGoldrick.

Plus de 75% des fonds demandés doivent être consacrés à la bande de Gaza.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.