Accéder au contenu principal
Israël/Gaza

Israël admet une défaillance du renseignement après une frappe meurtrière à Gaza

Un raid aérien israélien en novembre 2019 touchant la bande de Gaza (image d'illustration).
Un raid aérien israélien en novembre 2019 touchant la bande de Gaza (image d'illustration). AFP Photos/Abed RAHIM KHATIB

Plus d’un mois après une frappe meurtrière dans la bande de Gaza, Israël reconnait une défaillance du renseignement. Le bombardement qui visait Rasmi Abou Malhous, un « commandant » de l’organisation Jihad islamique, un groupe armé palestinien, a également coûté la vie à huit membres de sa famille.

Publicité

Mi-novembre, Israël annonçait avoir éliminé Rasmi Abou Malhous, soupçonné d’être un haut responsable du Jihad islamique à la tête d’une unité chargée des roquettes au sein de l'organisation.

Le 14 novembre, un raid aérien a visé le domicile de Rasmi Abou Malhous à Deir al-Balah, dans le sud de la bande de Gaza, deux jours après le début d'une flambée de violences entre Israël et l'enclave palestinienne.

Mais cette frappe, présentée comme chirurgicale, a entraîné des pertes civiles. Rasmi Abou Malhous, ses deux épouses, ces cinq enfants et son frère ont tous été tués sur le coup. Au total neuf membres d’une même famille.

« Éviter la répétition d’incidents similaires à l’avenir »

Pourtant, juste avant le bombardement, les services de renseignements de l’armée israélienne semblaient catégoriques et affirmaient : « Il n’y a aucun risque que des civils soient blessés lors de cette opération ».

Depuis, une enquête a été lancée. Ses conclusions sont claires : le domicile de Rasmi Abou Malhous se trouvait dans un bâtiment où des activités militaires ont été menées. Mais où vivaient également des civils. L'enquête conclut qu'il faut « éviter la répétition d’incidents similaires à l’avenir ».

►À lire aussi : La CPI ouvre une enquête contre Israël pour crime de guerre

En novembre 2019, 35 Palestiniens sont morts dans la bande de Gaza dans des bombardements menés par Israël en pleine escalade militaire avec le Jihad islamique.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.