Accéder au contenu principal
Liban

Liban: les tractations difficiles de Hassan Diab pour former un gouvernement

Le Premier ministre désigné Hassane Diab fait face à de nombreuses réticences pour la création de son gouvernement.
Le Premier ministre désigné Hassane Diab fait face à de nombreuses réticences pour la création de son gouvernement. AFP

Désigné Premier ministre du Liban, Hassan Diab poursuit ses tractations pour la formation d’un nouveau gouvernement dans un contexte politique difficile. Le président de la République, Michel Aoun, espère quant à lui que le cabinet voit le jour avec le Nouvel An.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

La communauté sunnite, dont est issu le Premier ministre sortant, ne décolère pas. Mardi 24 décembre, un groupe de jeunes a encore organisé un sit-in devant le domicile de Hassan Diab.

Le mufti de la République, la plus haute autorité religieuse sunnite, n’a toujours pas accordé une audience à ce professeur à l’Université américaine de Beyrouth. Et certains cheikhs n’ont pas mâché leurs mots durant leurs prêches, l’appelant à démissionner, car, selon eux, il ne représente pas la communauté.

Le Premier ministre sortant, Saad Hariri, ne lui rend pas la tâche facile non plus. Il a d’ores et déjà annoncé que le plus grand bloc parlementaire sunnite qu’il préside n’accordera pas la confiance au gouvernement de son successeur.

Les protestataires dans l'attente

En dépit de ces attaques en règle, Hassan Diab semble déterminé et a annoncé qu’il ne se désisterait pas. Il s’est défendu d’être le candidat du Hezbollah chiite, et a promis de former rapidement un gouvernement qui sera celui de tout le Liban. Il a rencontré des représentants du mouvement de contestation, qui semble vouloir lui accorder un délai de grâce.

En effet, les attaques dont il est la cible viennent surtout des milieux sunnites. Les protestataires, eux, sont dans l’attente de la composition de son gouvernement avant de se prononcer. Dans ce cadre, Hassan Diab penche pour une équipe composée en majorité de technocrates non partisans, des visages nouveaux inspirant confiance aux Libanais.

► À lire aussi : Liban: la nomination du Premier ministre Hassan Diab divise la population

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.