Accéder au contenu principal
Territoires palestiniens

Bethléem: des parades dès l'après-midi à la veille de Noël

À Bethléem, des parades ont lieu dès l'après-midi avant Noël pour fêter la Nativité.
À Bethléem, des parades ont lieu dès l'après-midi avant Noël pour fêter la Nativité. RFI/Guilhem Delteil

Pour les chrétiens, Bethléem occupe une place particulière. Il s'agit de la ville où la tradition situe la naissance de Jésus. Le patriarche latin de Jérusalem y a donc célébré la messe de minuit dans la basilique de la Nativité, mais dès l’après-midi, des festivités ont entouré son arrivée dans la ville.

Publicité

Avec notre correspondant à Bethléem, Guilhem Delteil

À l’entrée de la Vieille Ville, foule et fanfares de scouts attendaient le patriarche latin de Jérusalem, ce 24 décembre. Lorsque le dignitaire religieux est arrivé, tous se sont mis en marche et l’ont accompagné jusqu’à la basilique de la Nativité.

Un rituel immuable d’après Ihab Alawi, habitant chrétien de Bethléem : « Cela fait partie de notre culture en tant que chrétiens vivant à Bethléem, explique-t-il. Quand j’étais enfant, on faisait la même chose. On venait voir la cérémonie, on était heureux et on repartait. »

Une tradition qui se transmet

La tradition perdure et plaît à toutes les générations. Dina Benedetto vit aujourd’hui aux États-Unis, mais pour cette jeune Palestinienne, il était important de revenir pour célébrer Noël.

« C’est à la fois toute la dimension religieuse, mais aussi juste être là avec la famille, explique-t-elle. Et être ici pour les célébrations, c’était l’une des plus importantes raisons qui m’ont décidé à faire tout ce chemin pour être avec la famille ici. C’est très vivant ici et c’est formidable d’être là pendant la période de Noël. »

Les célébrations attirent aussi beaucoup de visiteurs étrangers, pèlerins ou non. Shana et Diouka sont Néerlandaises et sont là en cette veille de Noël presque par un heureux hasard, disent-elles. « Nous voyagions dans le coin et on s’est dit que ce sera une belle expérience » lance l’une d’elle. Tandis que l’autre continue : « Je pense que même en tant que non-pratiquante, c’est assez unique de pouvoir être ici pour Noël ».

►À lire aussi : « La cicatrice de Bethléem », nouvelle œuvre choc du street-artist Banksy

Suivant la fanfare, le patriarche salue la foule, serre des mains. « Venez vers moi », lui demande une femme un peu à l’écart. Dans l’agitation, le patriarche ne l’entend pas. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, cette fidèle assure qu’elle reviendra l’an prochain.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.