Accéder au contenu principal
Israël / Territoires palestiniens

Territoires palestiniens: la colonisation s’accélère depuis l’élection de Trump

Patrouille aux abords de la colonie israélienne d'Haresha, en Cisjoardie (photo d'illustration).
Patrouille aux abords de la colonie israélienne d'Haresha, en Cisjoardie (photo d'illustration). GALI TIBBON / AFP

Les autorités israéliennes ont approuvé cette semaine l'avancement des plans de construction de plus de 1 900 logements dans les colonies situées dans les territoires palestiniens occupés. Un phénomène qui serait en plein essor.

Publicité

Le Haut Comité de planification de l'Autorité civile israélienne a approuvé des demandes de permis de construire pour 1 936 nouveaux logements dans des colonies israéliennes en Territoires palestiniens occupés. Ces procédures requièrent plusieurs validations : 1 150 projets ont été approuvés pour la phase de dépôt et 786 autres pour la phase finale de validation. Cinq-cent-quatre-vingt-cinq de ces permis doivent permettre la régularisation de logements construits illégalement.

Les unités de logement approuvées a triplé

Ce type d'annonce intervient trois à quatre fois par an. Mais selon l'organisation israélienne anti-colonisation La Paix maintenant, qui recense tous les permis de construction accordés par les autorités israéliennes dans les colonies, et notamment ceux mentionnés plus haut, il y a eu une accélération considérable du phénomène depuis 2017.

« Dans les deux dernières années de l'administration Obama, quand les États-Unis mettaient la pression sur Israël sur les colonies, il y avait très peu d'avancées de dossiers. Mais maintenant que l'administration Trump est au pouvoir, le nombre de dossiers avancés a plus que triplé », confie Brian Reeves, le porte-parole de La Paix Maintenant à notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil. Selon l'organisation, en moyenne, 2 500 demandes de permis de construire ont reçu différents degrés de validation en 2015 et 2016. Ce nombre moyen est passé à 9 500 par an après la prise de fonction de la nouvelle administration.

Pour La Paix maintenant, les 1 900 dossiers qui ont été avancés cette semaine correspondent au rythme de ces dernières années. Mais l'organisation dénonce ces décisions alors que Benyamin Netanyahu dirige actuellement un gouvernement intérimaire, en vue des élections législatives du 2 mars prochain.

« C'est un gouvernement chargé d'expédier les affaires courantes, dénonce Brian Reeves, un gouvernement de transition qui n'a pas de mandat clair pour prendre ce genre de décisions politiques, qui pose des questions plus larges sur l'avenir d'Israël. »

Un argument de campagne pour les législatives de mars

La période électorale pousse à maintenir un rythme élevé de construction. Benjamin Netanyahu courtise l'électorat des colonies. Les élections de mars et de septembre n'ayant pas permis de dégager un vainqueur clair, le Premier ministre sortant est pour la troisième fois en campagne en moins d'un an.

La colonisation est un argument de campagne pour la droite : Benyamin Netanyahu a promis l'annexion de la vallée du Jourdain, soit un quart de la Cisjordanie, et la construction de 3 000 nouveaux logements dans les colonies.

La colonisation par Israël de la Cisjordanie occupée et de Jérusalem-Est annexée, s'est poursuivie sous tous les gouvernements depuis 1967. Ainsi, plus de 600 000 colons israéliens sont installés sur ces territoires, qui abritent également près de trois millions de Palestiniens.

Toutes ces colonies israéliennes sont illégales au regard du droit international. Mais l'administration Trump a annoncé cet automne un changement de politique, jugeant désormais que pour Washington, elles ne l'étaient pas.

► À lire aussi : Israël, entre l'estime pour Trump et la crainte de l'Iran

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.