Accéder au contenu principal
Israël

Israël: entre l'estime pour Trump et la crainte des représailles iraniennes

Selon la radio de l'armée israélienne, le niveau d'alerte des forces de sécurité du pays a été relevé d'un cran.
Selon la radio de l'armée israélienne, le niveau d'alerte des forces de sécurité du pays a été relevé d'un cran. AHMAD GHARABLI / AFP

Depuis la mort de Qassem Soleimani, le général iranien des Gardiens de la Révolution, tué par une frappe américaine à Bagdad, en Israël, on soutient officiellement les États-Unis. Mais les conséquences de cette opération suscitent beaucoup de questions. Et des inquiétudes.

Publicité

De notre correspondant à JérusalemGuilhem Delteil

« Le président Trump mérite toute notre estime », a déclaré Benyamin Netanyahu lors du Conseil des ministres, dimanche 5 janvier. Mais la réaction israélienne demeure limitée. L'assassinat de Qassem Soleimani ouvre une période d'incertitudes pour le pays. Les dirigeants israéliens n'ont d'ailleurs jamais osé passer eux-mêmes à l'acte, relève Ofer Zalzberg, analyste à International Crisis Group : « Ça fait des années que les généraux de l'armée israélienne considèrent cela. Et la décision répétitivement était que cela était trop dangereux. Du point de vue de l'escalade qui peut être déclenchée ».

Actuellement, les dirigeants israéliens essayent de ne pas attirer l'attention sur le pays et préfèrent laisser Washington en première ligne. En tant qu'allié des États-Unis, Israël pourrait être la cible de représailles, de l'Iran directement ou de ses alliés dans la région, comme le Hezbollah libanais : « Le Hezbollah a actuellement environ 130 missiles qui visent Israël et qui peuvent créer beaucoup de problèmes pour les infrastructures civiles, le gaz maritime, les aéroports. Et ça, c'est vraiment le scénario le plus concret.»

« Mais il y a aussi des craintes stratégiques, peut-être plus probables », estime Ofer Zalzberg: un retrait d'Irak de la part des Etats-Unis pourrait renforcer l'influence irannienne au Proche-Orient et offrir à la république Islamique un couloir territorial de Téhéran à Beyrouth.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.