Accéder au contenu principal
Irak / Iran / Etats-Unis

Attaques iraniennes sur des bases en Irak: Trump communiquera «dans la matinée»

Dès l’annonce de l’attaque iranienne, le secrétaire d’Etat, le secrétaire à la Défense et le vice-président se sont précipités à la Maison Blanche. Une adresse à la nation du président a été envisagée dans la soirée, puis finalement reportée.
Dès l’annonce de l’attaque iranienne, le secrétaire d’Etat, le secrétaire à la Défense et le vice-président se sont précipités à la Maison Blanche. Une adresse à la nation du président a été envisagée dans la soirée, puis finalement reportée. REUTERS/Jonathan Ernst

L’Iran a riposté à l'assassinat de son général Qassem Soleimani en tirant une douzaine de missiles sur des bases abritant des forces américaines en Irak. Pour l’instant, les Américains n’ont pas surenchéri. Donald Trump s'exprimera à 17h, heure de Paris. 

Publicité

Dès l’annonce de l’attaque iranienne, le secrétaire d’Etat, le secrétaire à la défense et le vice-président se sont précipités à la Maison Blanche. Une adresse à la nation du président a été envisagée dans la soirée, puis finalement reportée.

À lire aussi : L'Iran attaque deux bases irakiennes abritant des soldats américains

Et quatre heures après les raids de Téhéran, Donald Trump a tweeté « Tout va bien », a-t-il écrit. « Des missiles ont été tirés depuis l’Iran sur deux bases militaires en Irak. Nous sommes en train d’évaluer les dégâts. Jusqu’ici tout va bien ». Et le président a ajouté « nous avons l’armée la mieux équipée du monde et de loin, je ferai une déclaration demain matin ».

Ce mercredi matin, la télévision publique iranienne annonce que les frappes de Téhéran ont fait 80 victimes, des « terroristes américains ».

Au cours de l’après-midi, Donald Trump avait mis en garde Téhéran et assuré qu’il était prêt à riposter très durement en cas d’attaque iranienne. Dans la soirée, le sénateur Lindsey Graham, proche du président, s’est adressé directement aux Iraniens via la chaîne Fox News, après s’être entretenu avec Donald Trump. « Votre sort est entre vos mains pour ce qui concerne la viabilité économique du régime. Si vous continuez ces conneries vous allez vous réveiller un jour complètement sorti du business pétrolier », a déclaré Lindsey Graham.

C’est la deuxième fois que le sénateur, qui a qualifié l’attaque iranienne d’acte de guerre, menace l’industrie pétrolière iranienne.

Rappelons que la Maison Blanche a annoncé avoir sélectionné 52 cibles en Iran. Soit le nombre d’otages américains détenus en Iran lors de la prise d’otages à l’ambassade américaine de Téhéran en 1979.

À lire aussi : Les Américains visés en Irak, Donald Trump menace l'Iran

Les démocrates ont dénoncé une escalade prévisible

L'ancien vice-président et actuel candidat dans la course à la Maison Blanche, Joe Biden était à un dîner de levée de fonds à Philadelphie quand la nouvelle des raids iraniens est tombée. « Ce chaos était annoncé » , a-t-il déclaré. Elizabeth Warren, elle aussi en réunion électorale à New York, a dit prier pour les militaires américains et le personnel diplomatique déployé au Proche-Orient et assuré « le peuple américain ne veut pas la guerre ». « L’Amérique et le monde ne peuvent pas se permettre une guerre », a pour sa part tweeté la cheffe de la majorité démocrate à la chambre Nancy Pelosi.

Aux Etats-Unis, seul le Congrès est normalement habilité à déclarer la guerre, pas le président.

À lire aussi : En Irak, imbroglio autour d'une lettre annonçant le retrait américain

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.