Accéder au contenu principal
Irak / États-Unis

Irak: la «zone verte» de Bagdad de nouveau visée par des tirs de roquettes

Vue générale de l'ambassade américaine qui se trouve dans la «zone verte» à Bagdad.
Vue générale de l'ambassade américaine qui se trouve dans la «zone verte» à Bagdad. REUTERS/Stringer

Deux roquettes ont touché cette zone ultra sécurisée de la capitale irakienne, mercredi peu avant minuit, soit 24h après la riposte iranienne contre les États-Unis en Irak.

Publicité

Avec notre correspondante à Bagdad, Lucile Wassermann

Deux bruits sourds suivis de la sirène d'alerte ont résonné dans la « zone verte », cette enclave en plein centre de la capitale irakienne qui abrite les principales institutions politiques, dont l'ambassade américaine. Deux roquettes ont une nouvelle fois visé ce quartier ultra sécurisé. 

C’est en effet la troisième attaque en seulement une semaine. Ces tirs sont récurrents à Bagdad depuis plusieurs mois maintenant, mais se sont intensifiés après la mort du général Qassem Soleimani et du commandant militaire irakien Abu Mahdi Al Mohandes. Ce chef de guerre était le numéro deux des Forces de mobilisation populaire, une coalition de milices désormais intégrées à l'appareil sécuritaire irakien.

Ces groupes armés continuent aujourd'hui d'appeler à la vengeance. « Après la réponse iranienne arrive celle irakienne », a promis l'un de ses chefs, menaçant les États-Unis.

Une quinzaine de tirs

Au total, depuis fin octobre, près d'une quinzaine de tirs de roquettes ont ciblé des intérêts américains. Ils ne sont jamais revendiqués, mais Washington attribue une partie d'entre eux aux groupes armés irakiens proches de Téhéran.

Si le temps semble désormais à la désescalade entre les États-Unis et l'Iran, difficile d'en dire autant du côté des factions irakiennes.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.