Accéder au contenu principal
Irak/Iran

Les fausses images des frappes iraniennes ont envahi les réseaux sociaux

L'Iran a riposté le 8 janvier en tirant 22 missiles balistiques sur la base aérienne irakienne d'Aïn al-Assad.
L'Iran a riposté le 8 janvier en tirant 22 missiles balistiques sur la base aérienne irakienne d'Aïn al-Assad. Ayman HENNA / AFP

De nombreuses images partagées sur les réseaux sociaux pour illustrer les frappes menées par l'Iran contre des bases américaines en Irak sont fausses. Les explications de Marie Genries des Observateurs de France 24.

Publicité

Un grand nombre de ces photos et vidéos dont la plupart affichaient des scènes spectaculaires, sont devenues virales en se propageant de sites en sites à partir du mot clef #IranvsUSA. L’une d’entre elles, par exemple, qui a été consultée près de 30 000 fois était supposée avoir été prise quelques instants seulement après l'impact des missiles iraniens sur la base américaine.

La scène apparemment filmée d'un toit ou de la fenêtre d'un appartement, laissait entendre des bruits d'explosions et montrait des colonnes de fumées se dégageant de plusieurs incendies au loin. C’était en réalité une vidéo datée de 2017, lors des tirs de drones contre une usine pétrolière d'Aramco en Arabie saoudite.

De nombreux outils gratuits et en ligne, permettent pourtant facilement de retrouver l’origine d’une image, nous rappelle la journaliste Marie Genries du site et de l’émission Les Observateurs sur France 24, qui a décrypté ces vidéos et clichés sortis de leurs contextes : « Pour vous donner un exemple, une des premières images que j’ai décryptées, est une photo d’un missile qui est envoyé et qui décolle dans une explosion d’étincelles et de flammes, c’est assez impressionnant. J’ai utilisé Tineye qui est un outil de recherche inversé d’images. Je me suis aperçue que cette photo n’a pas été prise cette année, mais en 2017. C’était le cliché d’un missile qui avait bien été envoyé par l’Iran, mais, à l’époque, lancé sur une base terroriste en Syrie. Dans l’article sur le site des Observateurs, il y avait aussi cette photo partagée par un journaliste iranien montrant l'ayatollah Ali Khamenei qui soit disant supervisait le lancement des missiles. Nous n’avons pas pu vraiment trouver l’origine de l’image, mais nous avons regardé les commentaires des internautes qui avaient partagé la même photo datant de 2014, montrant Ali Khamenei visitant les installations des forces aérospatiales des Gardiens de la révolution. »

Ces publications ont été souvent rediffusées par des internautes qui prenaient pour argent comptant ce qu’ils voyaient passer sur leurs fils d’actualité. Et c’est peut-être bien là où se situe le problème d’une lutte efficace contre les fausses nouvelles. Cette vérification repose principalement sur la vigilance constante des internautes, et les enquêtes, menées, dans ce cas, a posteriori, par des journalistes.

Et cela ne suffira pas à endiguer le phénomène. Les fausses images des frappes iraniennes en Irak prouvent, encore une fois, que les grandes plateformes de Facebook, en passant par Twitter ou encore YouTube ont failli, en étant incapables de maîtriser la profusion des publications mensongères.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.