Accéder au contenu principal
Egypte

La synagogue d'Alexandrie rénovée, un signal fort pour les juifs d'Égypte

La synagogue Eliyahou Hanavi, construite en 1354 avant d'être bombardée par Napoléon Bonaparte en 1798 lors de sa campagne d'Egypte, avait déjà été reconstruite par un architecte italien en 1850.
La synagogue Eliyahou Hanavi, construite en 1354 avant d'être bombardée par Napoléon Bonaparte en 1798 lors de sa campagne d'Egypte, avait déjà été reconstruite par un architecte italien en 1850. REUTERS/Mohamed Abd El Ghany

La synagogue Eliyahou Hanavi d'Alexandrie construite en 1354 et détruite lors de la campagne d’Egypte de Bonaparte avant d’être reconstruite en 1850 par un architecte italien vient de rouvrir ses portes. La communauté juive égyptienne a enfin le sentiment de la fin de plus d’un demi-siècle d'exclusion dont elle faisait l’objet dans son propre pays. 

Publicité

De notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

C’est la création de l’État d’Israël en 1948 a pratiquement mis fin à plus de deux mille ans de présence juive en Egypte. La réaction a été le développement d’un nationalisme arabe radical faisant subir toutes sortes d’exactions aux juifs considérés comme « suppôts du sionisme ». « À partir de ce moment-là, beaucoup de membres de la communauté juive perdent cette notion d’appartenance au monde arabe pour développer une appartenance, beaucoup plus, soit communautaire soit vers des pays occidentaux qui sont des espaces d’accueil », nous explique l'historien Jean-François Fau.

La synagogue Eliyahu Hanavi a été restaurée par le gouvernement égyptien malgré les attaques soutenues des islamistes sur les réseaux sociaux et des chaînes de télés satellitaires diffusant de Turquie. Une réalité que souligne Albert Arie, doyen de la communauté juive : « C’est un signe quand même très important. Ce n’est pas une question de juifs. C’est un patrimoine. C’est important, quelles que soient les options politiques. C’est l’histoire de l’Égypte, c’est tout. Et l’histoire de l’humanité aussi ».

Magda Haroun, la présidente de la communauté juive égyptienne, très active en matière de sauvegarde de l’héritage, est optimiste : « Ça représente la reconnaissance de l’existence des juifs d'Égypte et de l’héritage qu’il laisse. Je crois qu’il n’est plus menacé maintenant, que la lumière a été faite de cet héritage et qu’il y a plein de jeunes Égyptiens qui ont rejoint notre association pour la préservation de l’héritage des juifs d’Égypte et qui travaillent vraiment très sérieusement.

On est en train de rénover, de nettoyer les cimetières. Le cimetière de Bassatine est le second plus vieux cimetière juif au monde après le cimetière du mont des Oliviers. On a fait beaucoup de travail. On a répertorié tout ce qu’il y avait dans les synagogues, pour empêcher le vol, avec le ministère des Antiquités. On a nettoyé les synagogues, on les ouvre pour les visites, on essaie de faire des activités culturelles, autant qu’il nous est permis de le faire ».

Les juifs de la diaspora égyptienne sont tellement enthousiastes qu’ils prévoient de célébrer l’événement par un voyage et des cérémonies religieuses du 13 au 16 février 2020.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.